Accueil Monde Proche-Orient

Syrie: quatre combattants terroristes d’origine belge impliqués dans l’évasion massive de la prison de Hassaké

La Belgique cherche à localiser quatre djihadistes de l’Etat islamique qui étaient emprisonnés dans la prison du nord-est de la Syrie, attaquée le 20 janvier par le groupe terroriste. Toujours en prison ? Évadés ou morts ? Leur statut est flou à cette heure.

Info « Le Soir » - Journaliste au service Société Temps de lecture: 4 min

Quatre combattants terroristes d’origine belge étaient détenus dans la prison de Hassaké, au nord-est de la Syrie, lorsqu’elle a été attaquée le 20 janvier dernier par le groupe Etat islamique, ont confirmé au Soir le parquet fédéral et l’Organe de coordination pour l’analyse de la menace (Ocam). Ces quatre individus font partie de la douzaine de FTF (Foreign terrorist fighters – combattants terroristes à l’étranger) emprisonnés par les Forces démocratiques syriennes (FDS) dans la région semi-autonome du Rojava. « On attend toujours des informations fiables et confirmées de nos partenaires belges et étrangers sur le statut de ces quatre hommes », précise l’Ocam. « C’est une zone de guerre, donc analyser les informations prend du temps. »

Ces quatre terroristes sont donc activement recherchés par la Belgique, qui craint qu’ils ne fassent partie des combattants qui ont pu s’échapper de la prison du quartier de Ghwayran, au sud de la ville d’Hassaké. Cette prison comptait entre 3.500 et 5.000 combattants du groupe Etat islamique avant l’attaque, issus de plus de vingt pays. Deux semaines et demie après l’attaque coordonnée de la prison, la plus grande opération de Daesh depuis la chute de son « califat », les FDS demeurent très mystérieuses sur le nombre d’évasions.

À lire aussi Entretien en Syrie avec deux «fantômes» belges de l’Etat islamique

Selon un reportage du Wall Street Journal publié lundi, l’attaque aurait fait près de 500 morts de part et d’autre. Ces jours-ci, les forces kurdes avec la coalition internationale continuent à quadriller la ville de Hassaké et à capturer des prisonniers évadés, cachés dans les maisons aux alentours. Les FDS ont communiqué sur la mort de 374 membres de Daesh et la recapture de 1.100 prisonniers.

Trois de nationalité belge

Que deviennent les quatre FTF d’origine belge ? L’Ocam et le parquet fédéral se refusent à tout pronostic hasardeux. L’Ocam précise que les informations sont en cours d’analyse et que la tâche n’est pas aisée. L’Organe ne communique pas non plus sur le profil de ces hommes, si ce n’est que trois sont de nationalité belge. Le quatrième est donc probablement suivi comme FTF car il était parti en Syrie depuis notre pays. Le gouvernement fédéral se refuse pour l’instant à tout commentaire.

Selon nos informations, la Belgique compte une douzaine de combattants terroristes dans les différentes prisons du nord-est de la Syrie. Le pays, comme la plupart des Etats européens, ne prévoit pas de rapatrier ses ressortissants masculins, les laissant dans un vide juridique qui inquiète plusieurs responsables judiciaires et sécuritaires. Au milieu d’une zone de guerre où l’influence de Daesh demeure nuisible.

Démonstration de force de Daesh

L’attaque de la prison de Ghwayran est un rappel de la puissance de frappe du groupe Etat islamique en Syrie, qui repose sur une constellation de cellules dormantes. La prison a été attaquée le 20 janvier dernier par des équipes coordonnées sur tout le territoire syrien, avec trois voitures piégées lancées contre les portes du complexe pénitencier, pendant que les détenus ont provoqué une émeute dans l’enceinte. Avant de finalement prendre le contrôle de la prison, de s’emparer d’armes et de sortir dans les quartiers proches pour tenir un siège d’une semaine. La propagande de Daesh a érigé cette attaque en éclatante victoire. « Dès le moment où les djihadistes ont pu faire durer les combats plus d’un jour, leur coup est réussi », analysait pour nous fin janvier le journaliste et spécialiste des mouvements djihadistes Wassim Nasr. « Même s’ils meurent jusqu’au dernier. Ils ont réussi à frapper, à casser les murs de la prison, à en sortir et même à diffuser des images tournées depuis l’intérieur de la prison. » Cette offensive était la dernière commandée par le deuxième chef de Daesh, Abu Ibrahim al-Hashimi al-Qurayshi, mort à l’issue d’un assaut américain la semaine dernière dans la région d’Idlib.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par dams jean-marie, mardi 8 février 2022, 18:49

    Pas loin de là .... En Iran : une jeune fille décapitée par son mari pour "l'honneur", ce dernier exhibe la tête ! Dire que l'on croise ce genre dans nos rues !!!

  • Posté par dams jean-marie, mardi 8 février 2022, 18:30

    Quand va t'on retirer la nationalité belge à tous les islamistes ! Les belges passent pour des terroristes aux yeux du monde entier!

  • Posté par eric biltiau, mardi 8 février 2022, 16:43

    Le Soir pourrait-il se renseigner sur les dépenses totales (avocats, avions, nourriture, ...) que l'état belge devra(i ?)t dépenser pour s'occuper de ces "bons belges".....?

  • Posté par D L, mardi 8 février 2022, 15:57

    Pourquoi capturer les évadés ? Une simple rafale et au moins ils ne causeront plus de problème.

  • Posté par Brunet Maxime, mardi 8 février 2022, 13:35

    Origine belge ? Comme pour la rillette, nous n'avons pas les mêmes valeurs !!!

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Proche et Moyen-Orient

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une