Accueil Société Enseignement

Violences sexuelles à l’université: le témoignage d’une employée administrative face au silence de sa hiérarchie

Julie a fini par quitter l’université – invoquant d’autres raisons que son harcèlement – après avoir continué d’y travailler encore quelque temps dans un climat de peur. Son agresseur, lui, n’a pas été inquiété.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Employée administrative d’une université francophone, Julie* a vécu une longue situation de harcèlement sur son lieu de travail. Celle-ci a duré deux ans, entre 2015 et 2017. L’homme est responsable informatique, sous l’autorité d’un autre département. « C’était un jeune beau gars, un dragueur. Mais pas quelqu’un dont on se méfie », resitue-t-elle. Au départ, le courant passera même plutôt bien. « Deux mois après mon engagement, il est devenu plus graveleux dans ses blagues. C’était frivole mais pas dégradant. Jusqu’au jour où il est venu dans mon bureau, m’a collé au mur et m’a embrassée. Je l’ai repoussé, il l’a très mal pris. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

7 Commentaires

  • Posté par lambert viviane, vendredi 11 février 2022, 0:43

    Le CESI cité dans l'article se trouve bl d'Avroy à Liège....on suit toujours la dénonciation médiatique ?

  • Posté par lambert viviane, vendredi 11 février 2022, 0:43

    Le CESI cité dans l'article se trouve bl d'Avroy à Liège....on suit toujours la dénonciation médiatique ?

  • Posté par lambert viviane, vendredi 11 février 2022, 0:38

    L'ennui avec ce genre d'article est que la dénonciation médiatique est là (quelques clics sur Internet permettent l'identification recteur/vice-recteur) et qu'on lit l'histoire d'une femme qui a quitté son travail pour "des" raisons dont le harcèlement sexuel informatique.

  • Posté par lambert viviane, vendredi 11 février 2022, 0:38

    L'ennui avec ce genre d'article est que la dénonciation médiatique est là (quelques clics sur Internet permettent l'identification recteur/vice-recteur) et qu'on lit l'histoire d'une femme qui a quitté son travail pour "des" raisons dont le harcèlement sexuel informatique.

  • Posté par Mauer Marc, jeudi 10 février 2022, 19:14

    Attention à ne pas se laisser avoir en ne voyant les démarches inadaptées que dans un seul sens. Un professeur gantois explique aujourd’hui les propositions reçues d’une étudiante en train de rater son oral. J’ai pris l’habitude de recevoir « accompagné de ma secrétaire les candidates lorsque j’embauche! Cela devenait grotesque en terme de minijupe, de chemisier 2 tailles trop petits, avec la proposition qui va bien : «Vous savez, je saurai me montrer très reconnaissante, et je sais être très gentille  » avec des regards plus qu’appuyés !

Plus de commentaires

Aussi en Enseignement

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs