Coronavirus: trois autres meetings de la Diamond League reportés à leur tour

Photonews
 
Le choix de la rédaction
  1. A peine installé, déjà critiqué, le groupe Déconfinement mis en place par la Première ministre Sophie Wilmès... © Belga.

    Coronavirus: et l’humain dans tout ça? Le groupe Déconfinement critiqué

  2. La Belgique, par la voix d’Alexander De Croo, semble avoir fait marche arrière sur son soutien aux emprunts communs, alors que Sophie Wilmès avait appelé à travailler sur un tel mécanisme.

    Coronavirus: négociations nocturnes et houleuses sur la solidarité de l’UE

  3. Par crainte du Covid-19 ou pour ne pas «
encombrer
», par scrupule pour des médecins déjà débordés, certains patients atteints d’autres pathologies se présentent beaucoup trop tard aux urgences.

    Coronavirus: «Certains patients n’osent pas se présenter à l’hôpital»

La chronique
  • Coronavirus et absence de Johnson: au secours «Ma’am», le Brexit est de retour!

    Par Marc Roche

    Dans son discours à la nation diffusé dimanche soir, Elizabeth II a évoqué « l’esprit du Blitz » pour encourager ses sujets à se montrer à la hauteur du défi posé par la pandémie de coronavirus. Le choix du château de Windsor n’était pas seulement dû au confinement de la souveraine âgée de 93 ans. La résidence de week-end du Chef de l’Etat symbolise par excellence le combat de la liberté et l’indomptable courage dans l’adversité d’un pays qui a affronté seul le nazisme entre juin 1940 et juin 1941.

    Comme au cours de la Deuxième Guerre mondiale, lorsque son père George VI avait montré l’exemple, la Reine s’est offerte comme un rempart devant les remous de l’heure. C’est son vrai rôle. Le ton de cette intervention – la quatrième d’un règne de 68 ans – était sobre, tranquille, normal, dépourvu de lyrisme, d’effets théâtraux ou de pose martiale. Le texte avait été écrit en étroite collaboration avec le 10 Downing Street. Le Palais voulait à tout prix éviter que ce laïus ne soit perçu comme une critique...

    Lire la suite

  • L’Europe! L’Europe! L’Europe! Tout de suite, adesso, nu!

    Ce n’est plus une suggestion ou une supplication, c’est une mise en demeure et une injonction : l’Europe, plus d’Europe, mieux d’Europe ! Une Europe digne de la promesse faite aux peuples qui la composent. Et gérée par des hommes et des femmes qui savent dépasser leurs égoïsmes, leurs « bibles » multiples et osent, innovent pour répondre au seul défi qui s’impose désormais : être solidaire.

    De...

    Lire la suite