Diamond League: les Bislett Games d’Oslo reportés en raison du coronavirus

PHOTONEWS_10649212-014
 
ATHLETICS-SWE-DIAMOND-STOCKHOLM
PHOTONEWS_10830115-047
@EPA
Jakob Ingebrigtsen
Ben Broeders
Joshua Cheptegei
Duplantis sera de la partie.
@News
@News
collage
@News
Photonews
photo news
Photonews
Photonews
photo news
Le choix de la rédaction
  1. Terrasses

    Réouverture de l’horeca: les bourgmestres frondeurs persistent, le fédéral reste inflexible sur la date

  2. PHOTONEWS_10865389-082

    Réouverture de l’horeca: un bourgmestre ne peut pas empêcher la police de verbaliser

  3. d-20210205-GL598J 2021-04-14 11_55_07

    Voyages: quelles sont les mesures en vigueur dans les pays prisés des Belges? (carte interactive)

La chronique
  • La chronique «Enjeux»: «Il faut savoir où nous allons»

    Le covid est sans doute l’un des plus grands défis lancés aux démocraties occidentales depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Mais, paradoxalement, au-delà des débats d’experts et des chamailleries politiciennes, la pandémie a surtout révélé l’absence d’un « grand récit », de cette interprétation du moment et du monde, de cette affirmation de valeurs et d’objectifs, qui permettent à des sociétés désemparées de se rassembler, au-delà de leurs différences et de leurs différends.

    Aucun grand discours n’est venu donner du sens à la crise, alors que l’incertitude aurait mérité autre chose que des déclarations convenues et des consignes techniques. Certes, on n’est pas en guerre. Il n’y a donc pas eu d’appel du 18 juin. Il n’y a pas eu non plus de harangue épique à la hauteur du discours des « heures sombres » prononcé par Winston Churchill le 4 juin 1940 à la Chambre des Communes. Ni d’exposé grave comme celui de Franklin Roosevelt le 6 janvier 1941 sur les Quatre Libertés, dont celles, tellement d’actualité, de « vivre à l’abri du besoin et à l’abri de la peur...

    Lire la suite

  • Zut, on déconfine

    A quoi reconnaît-on une personne déprimée ? Même les bonnes nouvelles ne lui rendent pas le sourire.

    Ce sentiment de blues généralisé domine largement après les annonces du Comité de concertation de mercredi. Les écoles rouvrent ? Bof. Les terrasses vont s’égayer ? Ah bon. Le couvre-feu va sauter ? Soit.

    Mais que se passe-t-il dans un pays plutôt réputé pour sa bonne humeur ? Il se passe d’abord que le Comité de concertation a pris la...

    Lire la suite