Tour de France

Édito Le grand paradoxe de la Grande Boucle

L’atteinte à la crédibilité et à la transparence de l’épreuve, d’un côté, son côté prévisible sur le résultat final, de l’autre, ne suffisent pas à brider une folie où la passion pour cette compétition l’emporte sur la raison. L’édito de Christophe Berti.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

Allez au-delà de l'actualité

Accédez à tous les articles en illimité dès 9€ par mois

S'abonner