@Belga
PHOTONEWS_10886670-078
Mathieu Golinvaux
Photo News
2547282
SOCCER JPL D6 MOUSCRON VS KAA GENT
10885768-034
Les Mouscronnois évolueront face à des Courtraisiens qui ont des difficultés face à de bonnes organisations.
Osvaldo Capemba lors d’un amical entre Lille et Bruges
Marko Bakic, avec le numéro 8, est international depuis 2012.
Pas encore la crise, mais un calendrier difficile attend l’Excel.
SOCCER JPL D4 RE MOUSCRON VS ZULTE-WAREGEM
@DR
Bakic, buteur à l’Antwerp. @News
Une égalisation d’un coup de tête rageur. @News
@Belga
Le choix de la rédaction
  1. UNITE COVID

    Coronavirus: toujours pas de signe d’accalmie à l’horizon

  2. d-20201023-GJKAT0 2020-10-29 17:58:38

    Comité de concertation: bulle sociale, déplacements, écoles, ce qui est sur la table des politiques

  3. Elio Di Rupo mettra la pression sur le comité de concertation.

    Le sud du pays pousse au confinement quasiment comme un seul homme

La chronique
  • Une {belle-mère} peut en cacher une autre

    Le quatrième dimanche d’octobre est la journée internationale des belles-mères. L’occasion est belle d’attirer l’attention sur une dénomination qui peut vous faire sourire ou altérer votre bonne humeur. Mais sans verser dans l’outrance, ni le discrédit : cette chronique n’a rien du théâtre des boulevards ou du café du commerce. Beaux sires et belles dames, à vos marques !

    Être une belle-mère

    Nul n’en doutait, mais mieux vaut le rappeler : belle-mère est de noble ascendance. Ce nom prolonge le latin médiéval bella mater, employé avec l’acception : « femme du père par rapport aux enfants qu’il a eus d’un premier mariage ». Ce sens que nombre d’entre nous associent aux familles recomposées d’aujourd’hui ne date donc pas de l’époque contemporaine. Il nous vient de ces sociétés où la mort frappait souvent les femmes, amenant leur époux à se remarier pour donner une nouvelle mère aux orphelins.

    Belle-...

    Lire la suite

  • Avec Macron, la France à l’épreuve de la tragédie

    C’était, en 2017, le candidat d’une espérance. Dans une vague populiste qui balayait alors le monde, Emmanuel Macron allait incarner une nouvelle forme de « dégagisme positif ». Il vantait un nouveau monde où l’émancipation individuelle et les libertés se conjugueraient au progrès. Un vent léger soufflait sur la France.

    Trois ans plus tard, comme pour ses prédécesseurs, les drames ont fracassé son mandat. Nicolas Sarkozy avait dû affronter une crise économique mondiale. François Hollande,...

    Lire la suite