La fédération allemande de football ferme la porte à un retour de Thomas Müller

PHOTONEWS_10857942-045
 
photo news
photo news
@AFP
@Reuters
@EPA
@AFP
FBL-GER-BUNDESLIGA-SCHALKE-BREMEN
Le Diable rouge a eu l’honneur de porter le brassard de capitaine en fin de match.
EPA
EPA
Photonews
SOCCER-GERMANY-DOR-BAY_REPORT
reuters
Photonews
Reuters
@News
Le choix de la rédaction
  1. La terrasse d’un bistrot
: une image parisienne qu’on pourrait revoir en Belgique dès ce lundi.

    Conseil national de sécurité: du pain et des jeux dès lundi

  2. Stefanie Surmont et Inge Decuypere gèrent les neuf hôtels du groupe C-Hotels, dont celui d’Ostende. Elles réfléchissent d’ores et déjà à la nouvelle organisation.

    «Fini le buffet ouvert jusqu’à 11h, il faudra réserver une table»

  3. Le taxi social du CPAS de Frameries permet de livrer les colis à domicile. Laurent s’occupe du chargement.

    Les épiceries sociales se mobilisent pour les victimes de la crise

La chronique
  • Boris Johnson face à la fronde

    Par Marc Roche

    Ils sont là, dans un espace virtuel qui est comme une page blanche. Le 1er juin, les négociations entre le Royaume-Uni et l’Union européenne ont repris pour tenter de conclure un accord de libre-échange avant la date butoir de la fin de l’année, à l’expiration de la période de transition. Les fantômes et les récriminations se sont immédiatement glissés dans cette tragédie contemporaine ou cette sitcom, c’est selon. Entre plis et replis, remords et volonté, le chantier donne le vertige.

    Quoi qu’il arrive, la combinaison des effets catastrophiques de la pandémie de Covid-19 et du Brexit va créer un choc d’au moins trois ans qui va transformer l’ancienne puissance impériale en « l’homme malade de l’Europe », comme on disait de l’empire ottoman au XIXe siècle. Dans ces conditions, je fais amende honorable en changeant le titre de mon livre-pamphlet, Le Brexit va réussir… dans cinq ans minimum.

    Sorti de l’hôpital le 12 avril à l’issue d’une hospitalisation d...

    Lire la suite

  • Il va falloir faire attention à ne pas rater le court et le long terme

    C’est le danger qui nous menace : rater le court et le long terme pour finalement arriver avec un plan de relance « moyen », résultat d’un compromis entre tant de thèses qu’il n’imprimera aucune direction, aura un effet mitigé et sera trop tardif.

    Le court terme, c’est maintenant, alors que des entreprises ont besoin d’interventions spécifiques pour éviter la faillite, rester en activité, le temps de traverser cette passe si difficile. On ne parle pas ici d’assurer la liquidité des...

    Lire la suite