Accueil Opinions

Et si l’on tuait le psychopathe qui est en nous?

Dans son essai « Human Psycho », Sébastien Bohler fait de l’humanité un tueur froid et insensible. La planète est sa victime. Rien ne semble pouvoir l’arrêter.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Forum Temps de lecture: 5 min

L’humanité est une psychopathe ! C’est une tueuse en puissance que dépeint Sébastien Bohler dans son essai Human Psycho. Comment l’humanité est devenue l’espèce la plus dangereuse de la planète. Dangereuse pour son environnement, donc pour elle-même. L’humanité est une psychopathe suicidaire.

Dans Le Bug Humain publié en 2019, Sébastien Bohler disséquait au scalpel notre cerveau consumériste et sa propension maladive à se gaver de satisfactions aussi immédiates que destructrices pour l’environnement. Avec Human Psycho, il remet le couvert : le consommateur fébrile et dopaminé, éternel insatisfait chéri du capitalisme, assassine sans scrupule la planète. « 99 % des individus ne sont pas des psychopathes, mais c’est le comportement collectif découlant d’une organisation devenue massive qui les rend dangereux », explique l’essayiste.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Giefvan Agathe, jeudi 17 février 2022, 12:12

    Quel paradoxe ! L'espèce humaine est délétère, et plus elle pullule, plus le danger est grand. La solution est de réduire sa population. Et pourtant on interdit les génocides et on combat les virus nettoyeurs. Allez comprendre !

  • Posté par Giefvan Agathe, jeudi 17 février 2022, 12:14

    Et les gens "normaux" s'étouffent de rage quand on veut promouvoir la limitation des naissances, l'avortement, l'enfant unique, etc.

  • Posté par Courtial Sosthène, mercredi 16 février 2022, 21:16

    En dehors du fait qu’un livre se critique après sa lecture et non avant, il semble important de rappeler que Sébastien Bohler est diplômé de l'Ecole Polytechnique, obtient un DEA en pharmacologie moléculaire et soutient une thèse en neurologie moléculaire (1996-2001 – Université Pierre et Marie Curie, Paris VI – Doctorat de Sciences – Neurobiologie). Il collabore en 2002 à la création de la revue Cerveau & Psycho dont il devient le rédacteur en chef.

  • Posté par lambert viviane, mercredi 16 février 2022, 18:11

    Un journaliste et chroniqueur qui a lu quelques livres de neurobiologie pour les nuls et qui en déduit une théorie fumeuse digne d'un scénario de films d'horreur des années nonante. Ce journaliste n'edt pas un scientifique et cela se voit dans ses argumentations, ses sophismes, ses délires. Il produit du Kidibull et voudrait nous le vendre pour du Champagne.

  • Posté par lambert viviane, mercredi 16 février 2022, 18:11

    Un journaliste et chroniqueur qui a lu quelques livres de neurobiologie pour les nuls et qui en déduit une théorie fumeuse digne d'un scénario de films d'horreur des années nonante. Ce journaliste n'edt pas un scientifique et cela se voit dans ses argumentations, ses sophismes, ses délires. Il produit du Kidibull et voudrait nous le vendre pour du Champagne.

Plus de commentaires

Aussi en Opinions

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs