Accueil Suisse Secrets

#SuisseSecret: quand le secret bancaire intimide les médias suisses

En Suisse, le slalom est périlleux entre la liberté d’informer et le secret bancaire, coulé dans une loi fédérale. Certains journalistes y voient une forme de censure.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Pierre angulaire de l’opacité du système bancaire helvétique autant que de sa prospérité, l’article 47 de la loi fédérale sur les banques et les caisses d’épargne est clair, précis, affûté comme une montre suisse, réservant notamment une privation de liberté pouvant aller jusqu’à trois ans à quiconque « révèle un secret (bancaire – NDLR) qui lui a été confié ou exploite ce secret à son profit ou au profit d’un tiers ». Une disposition dont avait notamment fait les frais Rudolf Elmer, ex-employé de la banque Julius Baer aux Iles Caïmans, devenu lanceur d’alerte : ce n’est qu’après dix ans de procédure judiciaire – dont six mois de strict emprisonnement – qu’il fut, en octobre 2018, blanchi par le tribunal pénal fédéral.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Jeanine Delhait, jeudi 24 février 2022, 12:14

    mais non la censure n'existe pas :-)

Aussi en Suisse Secrets

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs