Accueil Guerre en Ukraine

La Russie rattrapée par la réalité de ses faiblesses économiques

Le poids du PIB russe dans le monde est de moins de 2%. L’économie s’est développée à une moyenne annuelle de 0,3% entre 2015 et 2020. Les revenus des Russes baissent et, à près de 9%, l’inflation bat des records.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Un géant géopolitique, un nain économique. Telle est la Russie de Vladimir Poutine. C’est tout le paradoxe derrière les discours musclés du chef du Kremlin. Trois jours avant son allocution télévisée de lundi, point de départ de l’engrenage militaire en Ukraine, il pouvait certes trompeter sur le front économique. La Russie, qui n’a imposé presque aucune contrainte à son économie depuis le début de la pandémie de covid, a enregistré une hausse de 4,7% de son PIB en 2021. Une reprise évidente et rassurante après une année 2020 plombée par le coronavirus. De quoi renforcer le discours du Kremlin : la Russie est forte et peut se montrer imperméable aux menaces de nouvelles sanctions occidentales. En réalité, sa faiblesse économique aurait dû, logiquement, l’inciter à davantage de réalisme politique. Une évidence imposée par les chiffres.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

10 Commentaires

  • Posté par Clark Vince, jeudi 24 février 2022, 12:23

    Continuons notre politique d'humiliation... C'est sûr on est sur la bonne voie. La Russie a ses torts mais nous n'avons pas non plus toutes les raisons.

  • Posté par Clark Vince, jeudi 24 février 2022, 12:23

    Continuons notre politique d'humiliation... C'est sûr on est sur la bonne voie. La Russie a ses torts mais nous n'avons pas non plus toutes les raisons.

  • Posté par Staquet Jean-Marie, jeudi 24 février 2022, 11:28

    Oui bin, c’est bien de décrire tout ça, c’est comme siffler dans le noir pour se donner du courage. Mais ça ne change rien: ils sont toujours en Crimée, ils ont gagné en Syrie et aujourd’hui ils sont en Ukraine. Pendant ce temps, nous avons foutu le camp d’Afghanistan et du Mali (où ils débarquent aussi) et botre inflation n’est pas bien meilleure.

  • Posté par Lecocq Jean-Louis, jeudi 24 février 2022, 11:58

    Pour l'Afghanistan on n'allait pas y rester ad vitam. La défaite militaire ne concerne que l'armée afghane en carton que nous avons laissé derrière nous.

  • Posté par Christian BOULET, jeudi 24 février 2022, 10:51

    Isoler complétement la Russie au niveau économique ne sera possible qu'avec de grands sacrifices de notre part. C'est sans doute souhaitable, mais sommes-nous prêts ?

Plus de commentaires

Aussi en Guerre en Ukraine

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs