Accueil Guerre en Ukraine

Guerre en Ukraine: les 27 pays de l'Union européenne vont sanctionner Poutine (direct)

Au lendemain du lancement par Vladimir Poutine d’une attaque massive contre l’Ukraine voisine, qui a déjà fait des dizaines de morts et plus de 100.000 déplacés, les premiers combats dans la capitale étaient signalés.

Temps de lecture: 3 min

Le président ukrainien a jugé vendredi trop « lente » la réponse européenne à l’invasion russe et demandé que toutes les mesures de représailles soient « sur la table ». « Comment allez-vous vous-mêmes vous défendre si vous êtes si lent à aider l’Ukraine ? », a dit Volodymyr Zelensky dans une nouvelle allocution. « Annuler les visas pour les Russes ? Déconnexion (du réseau interbancaire) SWIFT ? Isolement total de la Russie ? Rappel d’ambassadeurs ? Embargo sur le pétrole ? Aujourd’hui, tout doit être sur la table, car c’est une menace pour nous tous, toute l’Europe », a-t-il ajouté.

Le président a également invité les Européens ayant une expérience du combat à se rendre en Ukraine pour repousser l’invasion de l’armée russe. « Si vous avez une expérience du combat (…) vous pouvez venir dans notre pays pour défendre l’Europe », a déclaré M. Zelensky.

Poutine sanctionné

Ce vendredi matin, Vladimir Poutine a été sanctionné par l’Union européenne. Les 27 Etats membres se sont mis d’accord pour sanctionner Poutine et Lavrov par le gel de leurs avoirs.

L’étau se resserre autour de Kiev

Les forces russes resserraient vendredi leur étau autour de Kiev, avec des combats en cours dans et aux abords de la capitale de l’Ukraine, au deuxième jour d’une invasion que l’armée ukrainienne faisait « tout son possible » pour repousser.

À lire aussi Guerre en Ukraine: comprendre cette première journée en une carte

Dans la nuit, après l’instauration d’un couvre-feu à Kiev, des sources militaires occidentales avaient indiqué que les forces russes avaient déjà acquis « une supériorité aérienne totale » en Ukraine. Leur objectif est de « décapiter le gouvernement » ukrainien pour le remplacer par une équipe favorable à Moscou, selon ces sources. « La sécurité du président Zelensky est un élément central de ce qu’il se passe maintenant », a souligné le ministre français des Affaires étrangères ce matin.

L’Ukraine appelle à la mobilisation générale

Afin de contrer l’invasion russe, Volodymyr Zelensky a décrété jeudi soir la mobilisation générale et le rappel des réservistes sous 90 jours dans toutes les régions ukrainiennes. Le ministère ukrainien de la Défense a également appelé les civils à prendre les armes. « Nous demandons aux citoyens de nous informer des mouvements ennemis, faites des cocktails Molotov, neutralisez l’occupant ! », a-t-il écrit dans ce message.

Le dirigeant a par ailleurs regretté que l’Ukraine soit « laissée seule » face à l’armée russe alors que l’Alliance atlantique a indiqué qu’elle n’y enverrait pas de troupes pour la soutenir.

Les forces militaires des Etats de l’Otan ont été placées en état d’alerte et certaines unités vont faire mouvement pour renforcer le flanc est de l’alliance. Un sommet de l’Alliance atlantique consacré à la crise en Ukraine se déroulera en visioconférence vendredi.

Les Etats-Unis, qui n’enverront pas de troupes en Ukraine, défendront « le moindre pouce de territoire de l’Otan », a assuré le président Joe Biden. Le Pentagone dépêchera toutefois quelque 7.000 soldats de plus en Allemagne.

À lire aussi Guerre en Ukraine: les Belges expatriés entre résistance et calfeutrage

L’invasion a provoqué un tollé dans la communauté internationale, surtout côté occidental.

Plus de 100 morts en Ukraine

Au lendemain du déclenchement de l’offensive russe, le président Zelensky a dressé vendredi le bilan des pertes côté ukrainien, civiles et militaires : au moins 137 morts et 316 blessés. Il a dénoncé des frappes qui touchent également des zones civiles.

L’armée ukrainienne a estimé les pertes matérielles russes à plus de 30 tanks, quelque 130 véhicules blindés de combat, sept avions et six hélicoptères.

À lire aussi La crise ukrainienne vue de Pologne: «Des innocents meurent non loin de nos frontières»

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

39 Commentaires

  • Posté par Wauters Francis, vendredi 25 février 2022, 22:21

    Pourquoi dans les sanctions évoquées entend t on rarement la suppression de tous les vols ainsi que tous les visas des russes? N est il pas choquant de voir Medvedev jouer au tennis et devenir numéro un, pour prendre un exemple? L interdiction pour tous les Russes de voyager en Occident ne me semblerait pas avoir un coût important pour nous et mettrait je crois une grande pression sur Poutine

  • Posté par Fontesse Philippe, vendredi 25 février 2022, 20:04

    Comment faire pour que les décideurs de l'OTAN comprennent et agissent plus rapidement. Quand on a vu l'amassement des forces Russes, pourquoi l'OTAN n'a pas fait la même chose, non, elle attend et puis maintenant on va enfin envoyer nos forces mais pas encore de date établie et un effectif bien moindre. Donc les russes ont le temps de prendre l'Ukraine mais aussi d'autres pays aux alentours car il faudra alors de nouveau attendre des réunions pour savoir ce qu'on va faire. Des sanctions mais attention pas trop car aussi non on va perdre un marché avec la Russie où on risquerait de perdre de l'argent, pourquoi geler les avoirs Russe, ils doivent devenir propriétés de l'état dans lequel ils sont. Poutine veut soi disant bien discuter maintenant avec le président ukrainien et certains trouvent que c'est une bonne solution, c'est de l'arnaque encore pour attraper l'opposant et le faire disparaître comme les autres qui dérangent. Il faut arrêter de parler de diplomatie, il faut se réveiller, regarder en Afghanistan, la diplomatie n'a rien donné et les terroristes ont le pouvoir, ici, c'est dans le même genre, discussion mais Poutine fait ce qu'il veut.

  • Posté par eric biltiau, vendredi 25 février 2022, 18:30

    On se demande bien à quoi servent toutes les "manoeuvres militaires" de l'Otan en temps de paix si ce n'est pas pour empêcher qu'une crapule avérée ne vienne envahir un pays "neutre". Sans nécessairement faire directement la guerre à Poutine, au moins mettre toutes les armées de ces "grandes manoeuvres" devant les frontières de l'Ukraine et au moins montrer à ce voyou qu'on ne peut pas le laisser faire tuer des centaines de civils. Le bla-bla diplomatique peut et doit continuer jusqu'à ce que les civils ne soient pas pris pour cibles. Ici, la ligne rouge est franchie SANS avoir au moins essayé de montrer notre "détermination". Pauvre peuple ukrainien abandonné aussi lâchement à cette ordure de Poutine. A quand une "fatwa" sur ce type comme sur Ben Laden?

  • Posté par Chalet Alain, vendredi 25 février 2022, 17:52

    Nos "sanctions" auront sans doute un effet (très limité) à moyen et long terme. Mais dans l'immédiat, il est évident que Poutine s'en fout et que ces sanctions ne vont pas arrêter ni même freiner son opération militaire. On peut même se demander si ces sanctions ne sont pas là surtout pour montrer aux populations de nos pays que "nos dirigeants sont actifs et efficaces".

  • Posté par Roland Douhard, vendredi 25 février 2022, 17:36

    Une infamie sans nom ! La Russie poutinienne a donc frappé et envahi l'Ukraine. La guerre totale que le dictateur russe mène au coeur de notre continent est aussi une guerre à l'Europe. Allons-nous rester les bras croisés face au martyr infligé au peuple ukrainien ? Comme l'Espagne républicaine en 1936, abandonnée par les démocraties européennes et écrasée par les phalangistes monarchistes et franquistes, l'Ukraine est aujourd'hui bien seule pour se battre contre l'ogre russe. Allons-nous laisser assassiner Volodymyr Zelensky, le courageux Président ukrainien, qui demeure à Kiev avec sa famille sous les bombardements, comme Salvador Allende, en 1973, qui préféra se suicider dans le Palais de la Moneda, plutôt que de céder à l'armée sécessionniste de Pinochet ? Le président et le gouvernement, le régime démocratique ukrainien tout entier sont la cible centrale de l'agression russe. Le but de Moscou est de les liquider et de les remplacer pour y installer des autorités fantoches à sa botte. Le 7 décembre 1941, la destruction de Pearl Harbor par l'aviation japonaise fut qualifiée par le Président Franklin Roosevelt "d'infamie". Le Japon le paya très cher. Le 24 février 2022, le nouvel empire russe a commencé à faire son sale boulot, détruire l'Ukraine, Etat de droit, indépendant et souverain, qui ne menaçait personne. Avec d'autres indignités (Tchétchénie, Syrie), l'annexion de la Crimée et l'occupation russe du Donbass depuis 2014, l'Occident a signifié clairement ceci au Kremlin: "Si la Russie envahit l'Ukraine, à part des sanctions (dont il reste à prouver l'efficacité), nous n'interviendrons pas !". Message reçu 5 /5 au Kremlin. Par leur passivité, l'Union européenne, les Etats-Unis, les 30 pays de l'OTAN porteront devant l'histoire une responsabilité certaine devant cette tragédie, cette autre infamie.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Guerre en Ukraine

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une