Accueil Guerre en Ukraine

Bernard Rimé: «Sur la pente d’une vie émotionnellement difficile»

Attentats, covid, inondations, Ukraine… la population a “dégusté” ces dernières années. Le docteur en psychologie Bernard Rimé décode les risques et la manière de s’en prémunir.

Article réservé aux abonnés
Chef du service Société Temps de lecture: 6 min

La guerre en Ukraine, dans une région culturellement et géographiquement proche de nous, est tout à la fois une occasion de « communion » avec un peuple opprimé et un vecteur de stress. Quel peut être son impact sur le moral des Belges ? Ces derniers sont-ils encore capables de faire preuve de résilience ou le conflit est-il la goutte qui fera déborder le vase ? Nous avons sondé Bernard Rimé, professeur en psychologie sociale à l’UCLouvain, spécialiste des émotions collectives.

Le cerveau humain peut-il résister dans le long terme à une succession de crises inédites comme les attentats, le covid, les inondations et maintenant une guerre à une journée de voiture Bruxelles ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Guerre en Ukraine

A Tchernihiv, on redoute une nouvelle invasion

Dans la ville de Tchernihiv et la région éponyme, aussi vaste que la Belgique, les traces de la guerre sont encore bien visibles aux endroits visés par les Russes après le début de l’invasion en février 2022. La vie y a pourtant repris son cours presque normal.
Voir plus d'articles

Le meilleur de l’actu

Inscrivez-vous aux newsletters

Je m'inscris

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs