Accueil Monde Europe

Ukraine: la campagne militaire russe «de plus en plus brutale», un «deuxième round» de pourparlers prévu (direct)

Des délégations russe et ukrainienne ont entamé ce lundi au Bélarus de premiers pourparlers au cinquième jour de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, qui a poussé plus d’un demi-million d’Ukrainiens à fuir leur pays.

Temps de lecture: 5 min

La deuxième plus grande ville d’Ukraine, Kharkov, a été la cible lundi de tirs de roquettes qui ont fait plusieurs dizaines de morts et des centaines de blessés, a déclaré un conseiller du ministère ukrainien des Affaires étrangères. Le gouverneur régional a confirmé 11 morts, tout en craignant que ce bilan ne s’alourdisse.

« Le monde entier doit voir cette horreur », a souligné l’attaché du ministère, Anton Herasjtsjenko, dans une vidéo où l’on voit plusieurs tirs de roquettes s’abattre sur un quartier de Kharkov.

« L’ennemi russe bombarde des quartiers résidentiels », a écrit le gouverneur régional Oleg Sinegoubov sur les réseaux sociaux. « À cause de ces bombardements toujours en cours, nous ne pouvons pas recourir aux services de secours (…) Actuellement, il y a 11 morts et des dizaines de blessés », a-t-il ajouté.

Dans le même temps, Boris Johnson a condamné les bombardements russes « barbares » contre des civils. Josep Borrell, haut représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité a lui condamné une « campagne militaire russe devient de plus en plus brutale »

« Deuxième round » de pourparlers

C’est dans ce contexte que des délégations russe et ukrainienne ont entamé ce lundi au Bélarus de premiers pourparlers au cinquième jour de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, qui a poussé plus d’un demi-million d’Ukrainiens à fuir leur pays.

Selon la présidence ukrainienne, Kiev comptait demander lors des discussions « un cessez-le-feu immédiat et le retrait des troupes (russes) du territoire ukrainien ». Le président Zelensky, qui ne participe pas aux négociations, la délégation ukrainienne étant conduite par le ministre de la Défense Oleksiï Reznikov, a appelé depuis Kiev les soldats russes à « déposer les armes ». Il a également demandé à l’Union européenne (UE) une intégration « sans délai » de l’Ukraine. « Je suis sûr que c’est juste. Je suis sûr que c’est possible », a-t-il lancé.

Le chef de la délégation russe, le conseiller du Kremlin Vladimir Medinski, a de son côté indiqué vouloir « trouver un accord » avec Kiev qui soit « dans l’intérêt des deux parties ». Le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov a refusé d’énoncer les exigences russes, soulignant que les négociations devaient se faire « dans le silence ».

En fin de journée lundi, les deux délégations ont quitté la table des négociations et rentrent pour « consultations dans leurs capitales respectives », après avoir convenu vouloir un « deuxième round » de pourparlers, ont annoncé lundi les deux parties.

« Les parties ont établi une série de priorités et thèmes qui demandent certaines décisions » avant un deuxième tour de pourparlers, a déclaré Mikhaïlo Podoliak, l’un des négociateurs ukrainiens. Selon son homologue russe, Vladimir Medinski, la nouvelle rencontre aurait lieu « bientôt » à la frontière polono-bélarusse.

Pas d’avancée majeure de l’armée russe

Sur le terrain en Ukraine, Kiev a indiqué lundi que l’armée russe avait tenté dans la nuit de prendre d’assaut la capitale mais que les attaques avaient été repoussées. La ville était hérissée de barricades de fortune, tandis que des panneaux électroniques publics prévenaient les Russes qu’ils seraient accueillis « par des balles ».

En l’absence jusqu’ici de victoire majeure de l’armée russe, Vladimir Poutine a franchi un nouveau cap dans la menace d’élargir le conflit, déjà le plus grave en Europe depuis 1945 : il a déclaré dimanche avoir mis ses forces nucléaires en « état spécial d’alerte » face aux « déclarations belliqueuses de l’Otan » et aux sanctions « illégitimes » imposées à la Russie.

La Russie durement frappée par des sanctions

Durant le week-end, les Européens ont durci leurs sanctions économiques contre la Russie. Ils ont exclu plusieurs banques russes du système interbancaire international Swift, et interdisent toute transaction avec la Banque centrale de Russie, mesure également annoncée par les Etats-Unis lundi.

La Banque centrale devrait ainsi voir tous ses actifs gelés dans l’UE et aux Etats-Unis.

Les sanctions commencent à peser : la Banque centrale européenne a constaté la « faillite ou faillite probable » de la filiale européenne de la première banque russe, la Sberbank.

Pour défendre l’économie et le rouble, qui atteignait des plus bas historiques face à l’euro et au dollar lundi, la Banque centrale russe a annoncé relever de 10,5 points, à 20 %, son taux directeur.

Entretien entre Emmanuel Macron et Vladimir Poutine

Le président russe Vladimir Poutine a déclaré lundi à son homologue français Emmanuel Macron exiger la reconnaissance de la Crimée comme territoire russe, la « dénazification » du gouvernement ukrainien et un « statut neutre » de Kiev, comme préalable à la fin de l’invasion de l’Ukraine.

M. Poutine a demandé « la reconnaissance de la souveraineté russe sur la Crimée, l’aboutissement de la démilitarisation et de la dénazification de l’Etat ukrainien et la garantie de son statut neutre » en préalable à tout règlement, a déclaré le Kremlin dans un communiqué, après un entretien téléphonique entre les deux chefs d’Etat.

Toutes les dernières informations sur lesoir.be

À lire aussi Guerre en Ukraine: le glaçant message nucléaire de Vladimir Poutine, seul maître à bord

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

15 Commentaires

  • Posté par Martin Roland, lundi 28 février 2022, 17:23

    Draculadimir le fourbe a soif de sang. N'oublions pas que ce criminel de guerre a 350.000 victimes (dont 40.000 enfants) sur la conscience (qu'il n'a pas) et qu'il participe encore actuellement à des bombardements sur des hôpitaux du Nord Ouest de la Syrie, là où sévit son protégé, une brute sanguinaire d'une cruauté inimaginable (il a gazé sa population et leur jette des futs remplis d'explosif à partir de ses hélicoptères).

  • Posté par MAESEN Jean-Luc, mardi 1 mars 2022, 9:22

    M. Van Obberghen, l'intervenant ci-dessous se "présente" plutôt sous le pseudonyme de M. "Luc" (prénom) "Jean" (nom) ; ou encore de M. "Jean" (prénom) "Luc" (nom). Merci de ne pas faire l'amalgame avec le prénom "Jean-Luc", qui ne le mérite pas. Bien à vous.

  • Posté par Van Obberghen Paul, lundi 28 février 2022, 18:36

    @ Jean-Luc. L'un n'excuse pas l'autre. Un peu de décence, merci.

  • Posté par Jean Luc, lundi 28 février 2022, 18:03

    Et le bon Bush, il a fait combien de morts en Irak, après avoir menti à l'ONU et au monde entier ?

  • Posté par Smyers Jean-pierre, lundi 28 février 2022, 17:04

    On peut retrouver le fil "disparu": https://www.lesoir.be/node/426974/comments

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une