Accueil Économie Entreprises

Reprise de Mestdagh par Intermarché: «Clairement pas une bonne nouvelle», selon les syndicats

Environ 2.000 personnes sont actuellement employées par Mestdagh, dans les magasins et les dépôts.

Temps de lecture: 2 min

Le groupe Mestdagh a accepté une offre de reprise du groupement Les Mousquetaires (Intermarché) pour ses 87 magasins, a-t-il annoncé mardi au cours d’un conseil d’entreprise extraordinaire. Pour les syndicats chrétien et socialiste, c’est loin d’être une bonne nouvelle pour les travailleurs.

Les magasins Mestdagh seront encore exploités en tant que Carrefour Market tout au long de l’année et, si la reprise est approuvée par les autorités de la concurrence, elle sera effective seulement le 1er janvier 2023.

« Les travailleurs vont devoir attendre fin 2022 pour savoir à quelle sauce ils vont être mangés », déplore la présidente du Setca, Myriam Delmée. « Il n’y a pas une ligne dans l’accord » sur l’emploi et l’avenir des magasins. La crainte des syndicats tant socialiste que chrétien réside dans le fait qu’Intermarché travaille exclusivement avec des franchisés. « Et les conditions de travail y sont moins bonnes » que dans le commerce intégré, relèvent Myriam Delmée (Setca) et Evelyne Zabus (CNE).

Intermarché « ne s’engage pas sur l’aspect social », « il n’y a aucune garantie sur le type d’emplois » ni sur la survie des magasins, quand parfois certains Intermarché sont à 500 mètres d’un magasin Mestdagh, relève encore Mme Zabus.

L’accord commercial étant suspendu à l’approbation des autorités de la concurrence et Intermarché étant dans une autre commission paritaire que Mestdagh, les représentants des travailleurs « n’ont rien en main » dans les mois qui viennent pour éclaircir quelque peu l’avenir des travailleurs.

Environ 2.000 personnes sont actuellement employées par Mestdagh, dans les magasins et les dépôts. Chez eux, « le désarroi est important », confirme Myriam Delmée. « Ils se sentent lâchés par l’entreprise », qui avait par le passé porté des valeurs familiales et créé un sentiment d’appartenance, poursuit Evelyne Zabus. « On a du mal à y voir du positif », conclut-elle.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Dagnelie Raphaël, mercredi 2 mars 2022, 11:56

    Les syndicats et surtout la FGTB ne sont jamais contents. Ils préfèrent peut-être un gouvernement dirigé par le PTB

  • Posté par Roland Jean-Yves, mardi 1 mars 2022, 18:35

    Une bonne nouvelle

  • Posté par Lambotte Serge, mardi 1 mars 2022, 14:06

    Les syndicats préfèrent une fermeture définitive?

  • Posté par frederic henry, mardi 1 mars 2022, 15:24

    Un autre repreneur , car c’est mauvais pour la concurrence

Aussi en Entreprises

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez l'information financière complète

L'information financière