Accueil Monde Europe

Solidaires, les Ukrainiens de Belgique veulent aussi défendre leur pays

Outre la collecte humanitaire, les Ukrainiens en Belgique soutiennent les combattants.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 5 min

Jaune et bleu. Les foulards, les parkas et surtout les drapeaux. Des cœurs qui s’entrelacent, des bannières qui claquent. Jaune et bleu, les couleurs de l’Ukraine ont été brandies bien haut devant le Parlement européen et lorsqu’à la clôture de la brève adresse, deux hymnes ont retenti, l’hymne de l’Ukraine et la Neuvième Symphonie qui fait battre le cœur de l’Europe, les larmes ont coulé. La présidente de l’Union l’avait dit haut et fort, l’Europe souhaite un avenir commun avec l’Ukraine : « Aujourd’hui, grâce au courage de vos citoyens tout le monde connaît votre pays. » L’Union sera aux côtés de ce pays éprouvé : « Notre aide sera politique, logistique, militaire et vos agresseurs seront tenus pour responsables de leurs actes. »

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par lambert viviane, mardi 1 mars 2022, 19:22

    Une entrée dans l'Europe prend de années. L'Ukraine ne remplit pas ni les critères démocratiques, ni les critères économiques et politiques. Elle peut demander son adhésion et puis accepter la procédure. Déroger à cette procédure entraînerait ipso facto la mort de l'idée d'une Union Européenne et, à fortiori, de son existence. Mais peut-être est-ce finalement le but poursuivi.

  • Posté par lambert viviane, mardi 1 mars 2022, 19:22

    Une entrée dans l'Europe prend de années. L'Ukraine ne remplit pas ni les critères démocratiques, ni les critères économiques et politiques. Elle peut demander son adhésion et puis accepter la procédure. Déroger à cette procédure entraînerait ipso facto la mort de l'idée d'une Union Européenne et, à fortiori, de son existence. Mais peut-être est-ce finalement le but poursuivi.

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs