Accueil Sports Football Football belge

Malgré la guerre, Franky Vercauteren (ex-Anderlecht) se sent en sécurité en Russie: «Nous n’avons aucune raison de partir d’ici»

Franky Vercauteren, l’ancien entraîneur de l’Antwerp et d’Anderlecht, fait le point sur sa vie en Russie.

Temps de lecture: 3 min

Depuis son départ de l’Antwerp en mai dernier, l’ancien Diable rouge vit dans la capitale russe accompagné de sa compagne et sa fille. Suite à l’invasion de l’armée russe en Ukraine, la situation est devenue anxiogène dans plusieurs pays. Si les images qui nous parviennent d’Ukraine sont assez préoccupantes, Vercauteren quant à lui, nuance sur les conséquences du conflit sur la vie à Moscou. « L’ambassade recommande d’éviter les endroits très fréquentés du centre de Moscou. Il y a beaucoup de monde aux guichets automatiques, les gens veulent retirer leur argent en liquide. Pour le reste, la vie normale continue comme d’habitude ». Malgré la menace de la guerre, l’homme de 65 ans n’évoque pas un retour en Belgique. « Nous nous sentons en sécurité ici et n’avons aucune raison de nous enfuir. Nous espérons que cela restera ainsi ».

« On ne sait pas comment les choses vont évoluer »

S’il se veut rassurant, il admet tout de même que la guerre est dans tous les esprits. Avec les différentes mesures prises par les pays à l’encontre de la Russie, fuir le territoire ne sera pas évident. « Peu de choses ont changé ici jusqu’à présent. Je ne prends pas position sur la guerre, mais bien sûr, nous y faisons face. Les gens en parlent. Que va-t-il se passer ? Que pouvons-nous faire ? La réalité, c’est qu’il n’y a pas grand-chose que vous puissiez faire. Il est également difficile de quitter le pays, il y a quelques jours, il était encore possible de se rendre à Bruxelles en avion, aujourd’hui ce n’est plus le cas. On ne sait pas comment les choses vont évoluer ».

Son avenir en tant qu’entraîneur

Sans club depuis presque un an, Vercauteren a profité de son année sabbatique pour se reposer. « Je peux faire des choses pour lesquelles je n’avais pas le temps avant. Je peux passer du temps avec ma famille, mais je suis aussi toujours le football ». Après de longs mois éloigné des terrains, il se verrait bien entraîner à nouveau, mais à certaines conditions. « Si vous restez assis pendant un long moment, l’envie revient. Mais je ne veux pas signer dans un club comme ça, je ne veux plus travailler à tout prix ». Pour revenir sur le banc de touche, tout devra être parfait pour l’ancien anderlechtois. « Il faut que ce soit un beau défi d’un point de vue sportif et que ce soit compatible avec la famille. Ces derniers mois, des équipes d’Afrique du Nord, de Hongrie et de Slovaquie m’ont contacté. J’ai examiné par intérêt et par politesse, mais ça n’a pas été très concret. Je suis réaliste, comme je n’accepte pas n’importe quelle offre, je risque de ne pas trouver d’équipe pour la saison prochaine. Nous verrons alors quelle décision je prendrai ».

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Football belge

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

SoSoir Voir les articles de SoSoir VacancesWeb Voir les articles de VacancesWeb