Accueil Société

Pourquoi les céphalopodes envahissent tous les océans

Le nombre de pieuvres, calmars et autres seiches croît sans discontinuer depuis 60 ans. Dotés de grandes capacités adaptatives, ces prédateurs bénéficient du changement climatique et de la surpêche.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

V ivre vite et mourir jeune. » Les pieuvres, seiches et autres calmars ont emprunté la philosophie de James Dean. Nombreux s’éteindront au bout d’un ou de deux ans de vie, tout en ayant eu le temps de se reproduire. Cette urgence de vivre ancestrale a une conséquence contemporaine inattendue. Alors que les populations mondiales de poissons déclinent vertigineusement, celles des céphalopodes croissent constamment depuis 1953. Ce constat inédit – on ne s’était jamais penché sur l’état de leurs troupes jusqu’alors – est dressé dans la revue Current Biology.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs