Accueil Belgique

Deux tiers de l’eau belge pour les centrales nucléaires

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Août 2019. La Belgique vient pour la première fois de son histoire de dépasser la barre des 40ºC et vit pour la deuxième année consécutive un été aride. C’est dans ce contexte qu’un rapport livre une conclusion inquiétante : le pays de la drache risque bien de manquer d’eau dans le futur. Et Bruxelles, qui ne dispose de presque aucune ressource sur son territoire, pourrait être en danger. Alors, la Belgique va-t-elle mourir de soif ? Non, et voici pourquoi.

Tout commence donc avec une liste publiée en 2019 par le World Ressource Institute (WRI). Le think tank américain classe notre pays à la 23e place de son « Water stress ranking », une liste des nations les plus vulnérables face au manque d’eau. La Belgique se trouve devant des pays qui font régulièrement face à des pénuries, comme la Mauritanie (61e).

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs