Accueil Société Régions Wallonie

La Wallonie n’achètera plus certaines caméras chinoises après des soupçons d’espionnage

la procédure de modernisation de la vidéosurveillance menée par le SPW « comporte une clause spécifiquement dédiée à l’éviction de matériel dont la sécurité ne serait pas optimale ».

Temps de lecture: 2 min

Après que des risques potentiels de transfert de données par des caméras de surveillance produites en Chine ont été mis en évidence, « ces systèmes ont été débranchés de tout réseau ayant accès à internet » sur le territoire wallon, assure la ministre de la Fonction publique Valérie De Bue (MR), dans une réponse à une question parlementaire, citée dans La Libre Belgique vendredi.

Des caméras sorties des usines Hickvision ou Dahua sont utilisées en Belgique. Or une de ces deux entreprises a développé une technologie de reconnaissance faciale controversée, notamment dans les persécutions des populations ouïghoures par le régime de Pékin.

Récemment, le député wallon Jean-Charles Luperto (PS) interrogeait la ministre de la Fonction publique Valérie De Bue (MR) pour avoir une idée plus précise de l’utilisation de ces caméras au sein de l’administration et des infrastructures wallonnes. « Il apparaît que sur les 400.000 caméras de surveillance installées sur le territoire belge, 20.000 seraient d’origine chinoise et fabriquées par l’un des deux leaders dans ce secteur d’activité, Dahua et Hickvision », pointait-il. S’inquiétant de dérives qui pourraient survenir, il disait craindre ainsi « la fuite potentielle d’images captées vers la Chine afin d’y être exploitées à diverses fins, comme la reconnaissance faciale ou un éventuel espionnage ».

La ministre wallonne a admis qu’un certain nombre de lieux sur les 160 bâtiments administratifs gérés par le département de la gestion immobilière du Service public de Wallonie (SPW) « sont équipés de systèmes de vidéosurveillance avec caméras dont certaines sont de ces marques ». « Ces systèmes ont été débranchés de tout réseau ayant accès à internet dès janvier 2021. Les caméras tournent donc désormais en réseau fermé », a assuré la ministre.

En outre, la procédure de modernisation de la vidéosurveillance menée par le SPW « comporte une clause spécifiquement dédiée à l’éviction de matériel dont la sécurité ne serait pas optimale », a répondu Mme De Bue.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Wallonie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo