Accueil Société Régions Bruxelles

Plongée dans la gestion des eaux de la capitale: Bruxelles se la coule douce

Une enquête menée par 11 étudiants en dernière année de journalisme à l’Ihecs, en collaboration avec « Le Soir ».

Article réservé aux abonnés
Responsable du pôle Multimédias Temps de lecture: 3 min

Aujourd’hui, 40 % de la population mondiale n’ont pas accès à une eau saine. Et d’ici 2050, prévient la Banque mondiale, la demande urbaine en eau devrait doubler. L’eau, celle qui nous fait défaut en période de sécheresse, celle qui nous submerge lors de ces inondations de plus en plus fréquentes. Celle, aussi, qui nourrit les populations autant que les imaginaires. Source de vie, mais aussi d’inspiration pour des villes qui redécouvrent ses fonctions sociales, environnementales, culturelles ou récréatives.

L’intensification de l’urbanisation et la crise climatique n’épargnent pas Bruxelles. Ses habitants vont-ils mourir de soif ? De noyade ? Comment les acteurs du cycle de l’eau concilient-ils croissance urbaine et gestion durable des ressources en or bleu ? Ces questions sont au cœur de l’enquête menée par 11 étudiants en dernière année de journalisme à l’Ihecs, en collaboration avec Le Soir.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Formisani Serge, dimanche 6 mars 2022, 20:44

    Etonnant que cet article du "Soir" soit dans la presse quelque semaines après l'émission "Investigation" de la RTBF dévoilant tous les paramètres négatifs voire dangereux de l'eau de distribution.

  • Posté par DUHARD Jerome, samedi 5 mars 2022, 16:53

    .." 40 % de la population mondiale n’ont pas accès..". Quand le pourcentage est suivi d'un mot au singulier, l'accord se fait au singulier :" 40 % de la population mondiale n’a pas accès..."

  • Posté par Chalet Alain, samedi 5 mars 2022, 23:32

    DUHARD Jerome, vous avez raison. Et c'est donc quand le pourcentage est suivi d'un mot au pluriel qu'on fait l'accord au pluriel, comme dans "40% des gens dans le monde n'ont pas accès...". Ou aussi "la majorité des adultes mesurent plus d'un mètre cinquante". Mais dans tous ces cas où il devrait être au pluriel, on voit de plus en plus souvent cet accord au singulier, donc avec le sujet grammatical, ainsi qu'il se fait dans d'autres langues, par exemple en néerlandais.

Aussi en Bruxelles

Voir plus d'articles

Le meilleur de l’actu

Inscrivez-vous aux newsletters

Je m'inscris

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs