Accueil Belgique

Le PTB en porte-à-faux, ou le risque de rétrogradation

Avant de dénoncer, sur son site, la « guerre assassine » de Vladimir Poutine, le PTB avait valse-hésité dans un premier temps, quand l’offensive russe avait débuté, ciblant alors surtout les « responsabilités » de l’Otan. Il s’est mis à la faute. Avec quelles conséquences ? Analyse.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 5 min

Entre faux pas et mauvaise passe. Le PTB descend de son petit nuage rouge ; disons qu’il y a un risque, cela pour la première fois depuis de longues années, marquées par une conquête graduelle de l’opinion publique et un progressif enracinement à gauche dans le paysage politique. Oui, pour la petite histoire – car la grande est ailleurs, à l’Est –, la guerre en Ukraine fait courir un risque collatéral au parti de Raoul Hedebouw, celui de voir s’interrompre ce qu’il faut bien appeler une success story en politique – en américain dans le texte, ça fait mal.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs