Accueil Culture Scènes

« Une flûte enchantée » et un Mozart désaccordé

Des costumes rococos, un décor plantureux, une pléthore de comédiens et de chanteurs lyriques : Au Parc, la débauche de moyens ne parvient pas à cacher les coutures décousues de la partition.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Qui trop embrasse mal étreint, dit-on. De fait, Une flûte enchantée roule tellement de patins à la fois qu’on n’en ressent, au final, qu’une inconsistante caresse. Le bécotage ici prend la forme de costumes froufroutants, de coiffures kitschs, d’un décor tout en dorures baroques et d’un texte plus surchargé qu’une perruque de Marie-Antoinette.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Scènes

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs