Accueil Monde Union européenne

Un sommet européen à Versailles pour arrêter l’horreur

Il devait être question d’autonomie stratégique européenne et d’horizon 2030. Mais l’inimaginable assaut lancé par Moscou en Ukraine a chamboulé les priorités. Les Vingt-Sept convergent ce jeudi au château de Versailles pour un nouveau conclave de crise.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 6 min

Ce devait être le sommet européen du « monde d’après ». Celui où les dirigeants allaient tirer les leçons de nos faiblesses, tant révélées par le covid. On se souvient par exemple de la mauvaise saga des masques, exclusivement made in China. Une « autonomie stratégique européenne » était à l’agenda. Comment éviter la marginalisation. Et rendre au Vieux continent la puissance capable de défendre ses intérêts et ses valeurs. Un « nouveau modèle européen de croissance et d’investissement pour 2030 » devait prendre corps. Il fallait remettre l’Europe sur de bons rails…

Hélas, le retour inouï de la guerre sur le sol européen a chamboulé les priorités, sinon le programme – sans invalider cet horizon à moyen et long terme. Au contraire : « Le conflit rend la discussion moins abstraite », plaide un responsable de l’UE. Comme souvent, les leaders européens vont donc tenter de bâtir… sur ces sables mouvants.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par Jean Luc, jeudi 10 mars 2022, 17:32

    "Un sommet européen à Versailles pour arrêter l’horreur". Ils vont certainement y arriver avec des grands mots et communiqués. Ca, je sais faire aussi, même pour la moitié du prix de cette petite sauterie...

  • Posté par Lete Catherine , jeudi 10 mars 2022, 9:45

    Oui, tout à fait d'accord avec vous, Patrick. Mais il faut reconnaitre que- depuis la 2de guerre mondiale - l' UE a trop compté sur les USA pour nous protéger. L'OTAN c'est bien mais une (vraie) armée Européenne, c'est mieux. De plus Biden a été clair lors de sa prise de mandat : l'Europe doit apprendre à se défendre seule, ne plus être aussi dépendante des USA. Il est obligé de parler dans ce sens pour convaincre l'électorat américain et battre Trump avec son "America first". Les Americains en ont marre de se faire tuer dans des guerres qui ne sont pas toujours leur première priorité. Bon, maintenant que nous (=UE) savons à quoi nous en tenir tant au niveau : défense, énergie, sanitaire etc etc - çàd, en gros, qu'on est à la merci de n'importe qui, espérons que de ce sommet de Versailles sortira quelques bonnes initiatives (des actes, plus des paroles!) et qu'enfin, l'UE montrera qu'elle a aussi des c.....!

  • Posté par GEORGES Jean, jeudi 10 mars 2022, 17:06

    l'Europe doit apprendre à se défendre seule. Propos déjà tenus par Trump!

  • Posté par Patrick Yamedjeu, jeudi 10 mars 2022, 9:25

    "Autonomie stratégique européenne". Les grandes phrases creuses. Comment peut parler d'autonomie quand on part du postulat que l'Otan reste la pierre angulaire de la défense collective? Au risque de faire bondir tous les atlantistes et russophobes qui pilulent sur ces forums, l'Otan sert d'abord le complexe militaro-industriel des USA. Si l'Europe veut être autonome, elle doit tracer sa propre voie. Dans ce conflit, l'UE est le second dindon après l'Ukraine. Pendant que cette dernière va perdre une partie de son territoire, l'UE va s'enfoncer dans l'inflation et la récession. Les seules qui sortiront avec le sourire, ce sont les USA qui vont vendre leurs matériels miliaires et leur gaz au européens au prix du marché (pas de réduction même si on est des "alliés").

  • Posté par Le Maigat Damien, jeudi 10 mars 2022, 14:58

    Il est réducteur de croire que l’autonomie stratégique ne concerne que le volet militaire. Cela concerne plein d’autres domaines : industriel, alimentaire, recherche & développement, diplomatique., etc… Donc non, ce n’est pas une grande phrase creuse et il est plus que temps que les Européens se mettent au boulot. Quant à savoir qui en sortira avec le sourire, je mettrais plutôt des piécettes sur la Chine.

Plus de commentaires

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs