Accueil Guerre en Ukraine

Entre la Russie et l’Occident, la Chine joue les équilibristes

A quelques mois du XXe congrès du parti communiste, qui doit entériner un 3e mandat historique pour Xi Jinping, Pékin voulait de l’ordre et de la stabilité. C’est raté. Le pouvoir chinois se retrouve sur une voie escarpée, entre soutien à son partenaire russe et relations à préserver avec ses clients occidentaux.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 6 min

Pour tenter de suspendre l’invasion russe de l’Ukraine, l’Europe joue ces jours-ci la carte chinoise : Emmanuel Macron et Olaf Scholz ont appelé Xi Jinping ce mardi, tandis que le chef de la diplomatie de l’UE Josep Borell s’est entretenu la veille avec Wang Yi, ministre chinois des Affaires étrangères. Et le même Borell a plaidé dans une interview pour que la Chine endosse un rôle de médiateur car « il n’y a pas d’alternative ».

De quoi valoir à Xi Jinping le Nobel de la Paix 2022, comme l’évoquent déjà certains, dans une projection qui fait s’étrangler Ouïgours, Hongkongais pro-démocratie et Taïwanais ?

Restons plutôt dans le domaine des certitudes. Y figure, après un parcours chaotique au fil des décennies, l’actuelle relation privilégiée entre la Chine et la Russie, cependant mise à l’épreuve par la guerre en Ukraine.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Guerre en Ukraine

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs