Accueil Société

Attentats de Bruxelles en 2016: «C’est le clair-obscur qui nous ramène à la vie»

Kristin Verellen a perdu son compagnon, Johan Van Steen, à Maelbeek le 22 mars 2016, jour de son anniversaire. Depuis, son discours, ses livres et son projet « We have the choice » n’ont qu’un but : l’inclusion et le dialogue.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 6 min

Dans un français parfait, elle pèse chacun de ses mots. Prend le temps de trouver le bon, ne cède pas à la facilité, plonge au plus profond. Cette façon de voyager en elle-même, Kristin Verellen, psychothérapeute-constellatrice et accompagnatrice au changement, la partage depuis six ans dans ses cercles de parole et son livre Qui suis-je sans lumière (1).

Vous écrivez : « Nous avons le choix. Soit nous entrons dans la spirale descendante d’une violence qui suscite la violence, soit dans la spirale ascendante d’une violence qui libère l’amour. » Vous avez choisi l’amour ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs