Accueil Guerre en Ukraine

Guerre en Ukraine: les combats se poursuivent, des frappes russes visent un centre pour personnes handicapées près de Kharkiv (direct)

Ce bombardement intervient deux jours après des frappes aériennes qui ont touché un hôpital pédiatrique et une maternité à Marioupol, port assiégé du sud de l’Ukraine. Ces frappes, qui ont suscité une vague d’indignation à travers le monde, ont fait trois morts dont une fillette et de nombreux blessés.

Temps de lecture: 5 min

Un établissement pour personnes handicapées a été touché vendredi par des frappes russes, près de Kharkiv, dans l’est de l’Ukraine, sans toutefois faire de victimes selon un premier bilan des services d’urgence. « L’ennemi a frappé aujourd’hui un établissement spécialisé pour personnes handicapées près d’Oskil », a indiqué sur Telegram le responsable de l’administration régionale, Oleh Sinegoubov.

Il a précisé que 330 personnes, dont 10 sont en fauteuil roulant et 50 à mobilité réduite, se trouvaient sur les lieux au moment de l’attaque. 73 personnes ont pu être évacuées, a-t-il ajouté.

« Heureusement, il n’y a pas de victimes », ont indiqué un peu plus tard les secours ukrainiens, en précisant que « les charpentes du bâtiment ont été détruites au niveau des 2e et 3e étages ». « Les Russes ont de nouveau mené une attaque brutale contre des civils », a déploré M. Sinegoubov. « C’est un crime de guerre contre des civils, un génocide de la nation ukrainienne ! », a-t-il fustigé sur sa chaîne Telegram.

Ce bombardement intervient deux jours après des frappes aériennes qui ont touché un hôpital pédiatrique et une maternité à Marioupol, port assiégé du sud de l’Ukraine. Ces frappes, qui ont suscité une vague d’indignation à travers le monde, ont fait trois morts dont une fillette et de nombreux blessés.

Selon M. Sinegoubov, l’armée russe « n’a d’autre choix que d’attaquer cyniquement la population civile » face à la résistance de l’armée ukrainienne, après plus de deux semaines de combats.

Frappes aériennes et roquettes

Deux soldats ukrainiens ont été tués et six autres blessés vendredi dans le bombardement par l’armée russe de la base aérienne de Lutsk, dans le nord-ouest de l’Ukraine, ont annoncé les autorités locales. « A 5 h 45 (4 h 45 heure belge), quatre roquettes ont été tirées, selon nos informations, par un bombardier de l’armée russe sur la base aérienne de Lutsk », a indiqué sur Telegram le responsable de l’administration régionale, Youriy Pohuliayko, précisant qu’il y avait « deux militaires tués et six blessés ».

Un peu plus tôt, le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov, avait annoncé que « les aérodromes militaires de Lutsk et d’Ivano-Frankivsk (ouest), ont été mis hors service ». « Explosions du côté de l’aéroport. Tout le monde à l’abri ! Ne publiez aucune photo, adresses ou coordonnées ! », avait averti pour sa part sur Facebook Ilhor Polichtchouk, le maire de la ville de Lutsk.

Les services municipaux de chauffage ont annoncé des interruptions « en raison des explosions ».

A Dnipro, ville du centre de l’Ukraine épargnée jusqu’ici par les forces russes, des frappes aériennes ont visé vendredi des zones civiles, faisant une victime, selon les services d’urgence ukrainiens.

Tôt le matin, « il y a eu trois frappes aériennes sur la ville, sur un jardin d’enfants, un immeuble résidentiel et une usine de chaussures à deux étages où un incendie s’est ensuite déclaré. Une personne est décédée », ont déclaré les secours ukrainiens dans un communiqué.

Les exigences de la Russie pour stopper l’invasion

Depuis le début de l’offensive russe en Ukraine, Vladimir Poutine ne cesse de dire qu’un dialogue en faveur de la paix avec l’Ukraine n’est possible que si « toutes les exigences russes » étaient acceptées.

Le président russe ne cesse de répéter ses exigences : un statut « neutre et non nucléaire » pour l’Ukraine, sa « démilitarisation obligatoire » et sa « dénazification », la reconnaissance de l’annexion de la péninsule de Crimée par la Russie et la « souveraineté » des régions séparatistes pro-russes de l’est ukrainien, Donetsk et Lougansk, dans leurs territoires administratifs, alors que les rebelles n’en contrôlent actuellement qu’un tiers.

Quid de l’Ukraine ?

Le gouvernement ukrainien se dit ouvert à discuter de l’exigence russe que l’Ukraine reste neutre et n’entre pas dans l’Otan notamment. Kiev exige cependant en contrepartie des garanties pour la sécurité des voisins de l’Ukraine, a déclaré plus tôt dans la semaine un haut conseiller du président ukrainien Volodymyr Zelensky. « Nous sommes certainement prêts pour une solution diplomatique. »

L’Ukraine ne cédera pas « un seul centimètre » de territoire, a cependant assuré le chef de cabinet adjoint de M. Zelensky lors d’une interview avec Bloomberg Television. Un cessez-le-feu et le retrait des troupes russes d’Ukraine restent également des conditions avant d’entamer toute négociation.

Le président ukrainien Zelensky a de son côté estimé, dans une interview accordée au journal allemand Bild, que la guerre ne pourrait être résolue qu’avec un dialogue direct avec le président russe Vladimir Poutine. Interrogé pour savoir s’il était prêt à reconnaître l’indépendance des républiques du Donbass, situées à côté de Crimée, M. Zelensky a déclaré que « le problème n’est pas ce à quoi je peux m’engager. Le but de tout dialogue est de mettre fin à la guerre avec la Russie », selon des propos rapportés par l’agence de presse russe Tass.

« Je suis prêt à prendre certaines mesures pour (mettre fin à la guerre). Je suis prêt à discuter, aux compromis. Mais ils ne peuvent être une trahison de la population », a-t-il ajouté. « Et l’autre partie doit aussi être prête à faire des compromis. » « C’est la seule sortie à cette situation. C’est trop difficile et prématuré pour discuter de détails. Il n’y a eu aucun contact entre les présidents et nous ne pourrons mettre fin à cette guerre qu’en discutant directement entre deux présidents », a-t-il insisté.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

13 Commentaires

  • Posté par Smyers Jean-pierre, vendredi 11 mars 2022, 19:01

    Commentaires de trois personnes qui ne veulent pas voir que ceux qui ont envahi les autres sont ceux qu'ils "défendent" avec une mauvaise foi écœurante..

  • Posté par lambert viviane, vendredi 11 mars 2022, 16:24

    En grand titre : Poutine vise un hôpital pour handicapés. Dans texte, en caractère normal : aucune victime. LA GUERRE DU CÔTÉ OCCIDENTAL !

  • Posté par lambert viviane, vendredi 11 mars 2022, 16:24

    En grand titre : Poutine vise un hôpital pour handicapés. Dans texte, en caractère normal : aucune victime. LA GUERRE DU CÔTÉ OCCIDENTAL !

  • Posté par Corbiaux Thierry, vendredi 11 mars 2022, 15:46

    Plus d'info fiable. Zelenski nous fait avaler des couleuvres pour gagner sa guerre de communications Et tous les bargeots emboitent le pas et le croient.

  • Posté par Rabozee Michel, vendredi 11 mars 2022, 15:53

    Si ce que vous dites est vrai, il aurait tellement de pouvoir, Zelenski, qu'il arriverait à trafiquer les images satellites, montrant les dégâts un peu partout ? (Bon, vous allez répondre: Zelenski détruit lui-même toute l'Ukraine en dynamitant des centres commerciaux, des immeubles d'habitation, etc. Je vois, un troll russe).

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Guerre en Ukraine

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une