Accueil Guerre en Ukraine

Guerre en Ukraine: Moscou dit avoir tué une centaine de «mercenaires étrangers» lors de frappes

De nouvelles frappes russes ont visé dans la nuit une base militaire près de la frontière polonaise.

Temps de lecture: 4 min

Dans la nuit, les forces russes ont frappé une base militaire à une vingtaine de km de la frontière polonaise, pays membre de l’Otan, qui a servi ces dernières années de terrain d’entraînement aux forces ukrainiennes sous l’encadrement d’instructeurs étrangers, notamment américains et canadiens.

L’armée russe a affirmé avoir tué des « mercenaires étrangers » lors de frappes dimanche contre « la localité de Staritchi et la base militaire de Yavoriv » dans l’ouest de l’Ukraine, près de la frontière polonaise. « En conséquence de cette frappe, jusqu’à 180 mercenaires étrangers et une importante quantité d’armes étrangères ont été éliminés », a affirmé lors d’un briefing le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov, sans que ce chiffre puisse être confirmé de source indépendante par l’AFP.

Selon lui, les tirs ont détruit un centre d’entraînement pour des combattants étrangers, ainsi qu’un lieu de stockage d’armes et de matériel militaire livrés à l’Ukraine. Ces frappes sont l’oeuvre « d’armes de haute précision à longue portée », a ajouté Igor Konachenkov, sans plus de précisions.

afp_com-20220313T151444Z-doc-32632dd-20220313-154337.jpg

Un journaliste américain tué

Selon des sources concordantes, un journaliste américain a été tué et un autre blessé par balles dimanche à Irpin, à la lisière nord-ouest de Kiev. Il s’agit du premier journaliste étranger mort depuis le début de l’invasion russe le 24 février. Les deux hommes ont été touchés alors qu’ils circulaient en voiture avec un civil ukrainien, également blessé, a précisé à l’AFP Danylo Shapovalov, un médecin engagé auprès des forces ukrainiennes. Un journaliste de l’AFP a vu le corps du journaliste tué, qui avait ses papiers sur lui le présentant comme Brent Renaud, 50 ans.

Plus de 2.100 habitants de Marioupol tués

Plus de 2.100 habitants de Marioupol, ville portuaire assiégée dans le sud-est de l’Ukraine, ont été tués depuis le début de l’offensive russe, a annoncé dimanche la mairie de la ville. « Les occupants frappent cyniquement et délibérément des bâtiments résidentiels, des zones densément peuplées, détruisent des hôpitaux pour enfants et infrastructures urbaines (…). A ce jour, 2.187 habitants de Marioupol ont péri dans les attaques russes », a indiqué la mairie de Marioupol sur Telegram.

« En 24 heures, nous avons connu 22 bombardements d’une ville paisible. Environ 100 bombes ont déjà été larguées sur Marioupol », a-t-il ajouté. Marioupol, cité portuaire stratégique située entre la Crimée et le Donbass, est plongée dans une situation « quasi désespérée », manquant de vivres et privée d’eau, de gaz, d’électricité et de communications, estimait vendredi Médecins Sans Frontières (MSF). Plusieurs tentatives d’acheminer de l’aide humanitaires vers la ville ont échoué ces derniers jours.

Moscou et Kiev prudemment positifs à propos de leurs négociations

Moscou et Kiev sont tous deux prudemment positifs quant aux négociations de paix qu’ils mènent. Les deux délégations attendent des « résultats concrets » dans les prochains jours, selon plusieurs membres. Les deux pays négocient depuis deux semaines, mais n’ont jusqu’à présent pas obtenu de percée.

« Si nous comparons les positions des deux délégations aujourd’hui avec celles qu’elles occupaient du début, nous voyons des progrès significatifs », a déclaré Leonid Sloutsky, membre de la délégation russe. Selon lui, les deux parties pourraient s’entendre sur une position commune « déjà dans les prochains jours ». Le conseiller présidentiel ukrainien Mikhailo Podoliak s’attend également à « des résultats concrets d’ici quelques jours ». Il a déclaré dans une vidéo publiée sur Twitter que la Russie ne lancerait pas d’ultimatums pendant les négociations, mais écouterait les propositions de l’Ukraine.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a déclaré dimanche à la télévision d’Etat russe qu’une rencontre entre le président russe Vladimir Poutine et son homologue ukrainien Volodimir Zelensky n’était pas exclue. Selon lui, les modalités des négociations directes devraient alors être déterminées à l’avance. « Nous devons comprendre quel devrait être le résultat de cette réunion et ce qui y sera discuté », a déclaré Peskov.

À lire aussi Bruno Tertrais, expert: «Cette guerre en Ukraine relève du terrorisme géopolitique»

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par El Pasajero , dimanche 13 mars 2022, 18:41

    Pourquoi le soir reprend-t’il le vocabulaire des russes en parlant d’opération ? Russie: plus de 250 manifestants contre l’opération en Ukraine arrêtés

  • Posté par MAESEN Jean-Luc, dimanche 13 mars 2022, 20:22

    Heureusement, il y a <Yamedjeu> pour rétablir la "vérité pure et dure"... Et rendre à Poutine ce qui est à <poutitler>. Nous sommes sauvés...

  • Posté par Patrick Yamedjeu, dimanche 13 mars 2022, 19:03

    Vous n’allez quand même pas accuser le Soir d’être pro russe. La nature des articles et des commentaires sur les forums prouvent pourtant le contraire

Sur le même sujet

Aussi en Guerre en Ukraine

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une