Accueil Le choix de la rédaction

Charles Michel à propos de la guerre en Ukraine: «Nous voulons montrer de la force»

Dans un entretien au « Soir », le président du Conseil européen salue un « tournant» européen dans la crise avec la Russie. Dans le même temps, les combats s’intensifient en Ukraine.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Après le sommet européen de Versailles, qui s’est achevé vendredi par l’adoption de nouvelles sanctions contre la Russie, le président du Conseil européen, Charles Michel, a pris le temps de rencontrer Le Soir et les correspondants de LéNA, pour revenir sur ce nouvel « élan » européen.

Pour Charles Michel, le sommet a jeté les bases d’une Europe plus indépendante. « Je pense que ce sommet restera dans les annales », insiste-t-il. « Le projet européen est un projet où il peut y avoir des stagnations pendant des années (…) Et puis, il y a des moments où l’on fait des bonds en avant spectaculaires. C’est ce qui se passe maintenant avec la défense européenne » et l’indépendance énergétique.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Veranneman Raymond, lundi 14 mars 2022, 10:06

    la PEUR de la troisième guerre mondiale nous paralyse et Poutine compte bien là dessus. Et cette peur est un signal aux opposants russes qu'ils ne seront pas soutenus. Ne comptons donc pas sur eux pour renverser Poutine. La défense européenne n'est pas une question de budget ni de réarmement. C'est une question politique: il faut montrer notre DETERMINATION à s'engager militairement, même comme co-belligérant. Quelle que soit l'issue de cette guerre, poutine restera au pouvoir et nous nous dirigeons au mieux vers une guerre froide. Sentiment d'impunité et durcissement du régime. Ils ne serons pas punis pour leurs crimes de guerre et nous aurons PEUR encore pendant 20 ans, comme si nous avions vingt Corée du Nord à nos frontières. Alors, est-ce qu'il ne vaudrait pas mieux de se débarrasser du régime Poutine en s'engageant tout de suite?

Aussi en Le choix de la rédaction

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs