Accueil Monde Afrique

Frank De Coninck, un grand «ambassadeur africain»

Fin diplomate, ayant fait l’essentiel de sa carrière en Afrique, il était en poste à Kigali après le génocide et à Kinshasa lors de la chute de Mobutu. Il aussi été le dernier Grand maréchal de la Cour.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Décédé inopinément à Bruxelles ce week-end, Frank De Coninck n’avait jamais réellement quitté l’Afrique des Grands Lacs. Jusqu’à ses derniers jours, il préparait la publication de mémoires bien différents d’un exercice académique, car, avec une précision redoutable, il y faisait la chronique des guerres, des négociations internationales et des imparfaits compromis qui avaient finalement mis fin, en 2002, à la « deuxième guerre du Congo ».

Si son cœur était resté sur les rives du lac Kivu, c’est en souvenir de Bukavu où le jeune diplômé en histoire de l’Université de Gand avait commencé sa vie professionnelle comme professeur et fondé sa famille. Entré dans la carrière diplomatique, il fut nommé au Kenya, au Sénégal. Mais c’est au Rwanda, en 1994, qu’il devint réellement l’un de ces grands « ambassadeurs africains » sur lesquels reposait l’« expertise » africaine de la Belgique.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Afrique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs