Accueil

Le courtier en assurances en ligne Séraphin devient Yago et lève 2,2 millions d'euros

Le courtier en assurances entièrement numérique Séraphin annonce mardi la levée de 2,2 millions d'euros, pour lui permettre de s'étendre davantage en Flandre et de proposer de nouveaux services. Cette nouvelle étape se marque aussi par un changement de nom : l'entreprise devient Yago.
Temps de lecture: 2 min

Lancé en 2016, Séraphin totalise désormais plus de 8.000 clients et 15.000 contrats en assurance. L'ambition est de passer à 100.000 clients d'ici cinq ans, un objectif ambitieux mais "en même temps, on a déjà multiplié par neuf notre chiffre d'affaires en trois ans", souligne Tanguy Bocquet, co-CEO du courtier numérique en assurances. Pour soutenir cette accélération de la croissance, 2,2 millions d'euros ont été levés auprès des actionnaires.

Cette croissance se concentrera principalement sur le nord du pays, où Yago est présent depuis 2021. "La Flandre représente actuellement 13% des nouveaux clients alors que c'est 60% du marché. Il y a un vrai potentiel en Flandre", avance Hugues Bocquet, l'autre CEO du courtier. Vingt recrutements sont prévus, dont une bonne partie pour la Flandre. Yago emploie pour l'instant 50 personnes.

La poursuite du développement au nord du pays explique également le changement de nom pour Yago, qui se prononce de la même manière en français, en néerlandais et en anglais.

"Les assurances en Belgique sont à la traîne numériquement : entre 5 et 10% des Belges souscrivent en ligne, contre 60% aux Pays-Bas", déplore Hugues Bocquet, qui estime pourtant que la demande est là. "Ce sont plutôt les compagnies d'assurances qui mettent assez peu à disposition des manières numériques de se connecter à elles. Le marché est très fermé (...) parce que les compagnies ont en général un réseau de distribution déjà établi. Potentiellement, le fait de s'ouvrir à des acteurs numériques, ça peut faire un peu peur."

"Pour nous, le numérique n'est pas une fin en soi mais permet d'améliorer l'expérience qu'on fait de l'assurance", poursuit-il.

La levée de fonds doit aussi permettre de développer de nouveaux services, avec en ligne de mire un "écosystème de solutions". L'objectif est notamment de permettre de faire appel à un plombier, un chauffagiste, un entrepreneur... via Yago. "Actuellement, on a un contact avec l'assurance une fois par an pour payer sa prime. Éventuellement, si on a un sinistre - tous les 5 ans en moyenne -, on va être en contact. Ce n'est pas la vision qu'on a de l'assurance: on veut que ça aille plus loin", concluent les CEO.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une