Accueil Culture Cinéma

Michèle Laroque à propos de «Alors on danse»: «Il ne faut pas se voir victime»

Avec son troisième film comme réalisatrice, Michèle Laroque crée une bulle pour nous préserver de la violence de la société. C’est naïf.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 4 min

Populaire grâce notamment à la pièce culte Ils s’aiment avec Pierre Palmade et Muriel Robin, Michèle Laroque est aussi une des figures marquantes des Enfoirés. A 61 ans, elle reste volontairement optimiste. Convaincue qu’on peut être heureux de peu de chose, elle revendique le fait qu’on n’est pas obligés d’être victimes de la société actuelle. Et en fait le sujet de son troisième film comme réalisatrice.

Le choc affectif qui oblige à s’interroger sur sa vie était déjà au cœur de votre film « Brillantissime »…

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cinéma

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs