Accueil Sports Cyclisme Route

Arnaud De Lie: «Je me lève à sept heures pour traire les vaches avant d’aller rouler»

Ce mercredi, Arnaud De Lie fête ses vingt ans sur le vélo, à la Nokere Koerse. Mais le grand espoir belge ne résume pas son existence à une seule passion. Son équilibre, il le trouve autant sur le vélo que dans la ferme familiale.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

« Celle-là, elle est gentille. C’est Sidonie… Il y a aussi Simone. Des brunes des Alpes. Des Suisses… comme Cancellara, mon idole, en fait », s’esclaffe-t-il en posant, dans une douceur à secouer les cœurs, sa main sur le museau de l’imposante vache. Dans la vaste étable familiale aux cinq cents têtes, Arnaud De Lie navigue d’un pas assuré. Bouille ensoleillée, bouclettes rieuses et bottes aux pieds, le « gamin » comme l’appelle affectueusement son papa Philippe, respire la félicité. « J’ai toujours eu la passion de la ferme, des animaux. Si je ne faisais pas du vélo, c’est certain, je travaillerais ici… », glisse ce gaillard à la musculeuse charpente, avec la manifeste approbation d’Oscar, le Braque de Weimar de la maison.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Route

Tour d’Italie: des écarts infimes en tête

Le Blockhaus a écarté Simon Yates de la liste des prétendants au maillot rose mais il n’a en rien décidé qui allait porter la tunique magique à Vérone. Dans les Abruzzes, l’Australien Jai Hindley a devancé Romain Bardet et Richard Carapaz.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs