Accueil Monde Union européenne

Guerre en Ukraine: le Conseil de l’Europe exclut officiellement la Russie

Plus tôt dans la semaine, la Russie a décidé d’engager la procédure de « sortie du Conseil de l’Europe », accusant l’Otan et l’UE d’en avoir fait un instrument au service de « leur expansion militaro-politique et économique à l’Est ».

Temps de lecture: 3 min

Le Conseil de l’Europe, garant de l’état de droit sur le continent, a exclu officiellement mercredi la Russie en raison de sa guerre lancée contre l’Ukraine, une décision historique prise au lendemain de l’annonce par Moscou que le pays claquait la porte de cette organisation.

L’exclusion a été décidée mercredi matin au cours d’une « réunion extraordinaire » du Comité des ministres, l’organe exécutif de l’organisation, au lendemain d’un vote consultatif de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE). Celle-ci s’était prononcée pour l’exclusion de la Russie.

Quelques heures avant ce scrutin, Moscou avait pris les devants en annonçant officiellement qu’il claquait la porte du Conseil, organisation basée à Strasbourg (est de la France) à laquelle le pays avait adhéré en 1996. Il en était de toute façon suspendu depuis le 25 février, au lendemain de son offensive en Ukraine.

Le Comité « a décidé, dans le cadre de la procédure lancée en vertu de l’Article 8 du Statut du Conseil de l’Europe, que la Fédération de Russie cesse d’être membre du Conseil (…) à compter d’aujourd’hui, 26 ans après son adhésion », a indiqué le Conseil dans un bref un communiqué.

Autre conséquence de cette expulsion : la Russie va également sortir de la Convention européenne des droits de l’homme, privant ses 145 millions de citoyens d’un accès à la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH).

Le drapeau de la Fédération de Russie a été descendu vers 14h30 GMT (13h30 locales) de son mât devant le Conseil, où ne flottent désormais que les drapeaux des 46 autres Etats membres.

Les implications concrètes de cette exclusion seront définies ultérieurement par le Comité des ministres, qui reprendra ses réunions à ce sujet la semaine prochaine, a précisé l’organisation.

« C’est triste d’avoir à exclure un pays après 26 ans d’adhésion », a regretté le président de l’APCE, Tiny Kox, dans un communiqué séparé. « Mais c’était nécessaire et je suis heureux que nous ayons osé le faire. »

C’est seulement la deuxième fois que l’institution est confrontée à un tel scénario : la Grèce avait procédé de manière similaire, quittant le Conseil avant d’en être chassée, en 1969, sous le régime dictatorial des colonels. Elle l’avait réintégré en 1974.

En 2014, les parlementaires russes de l’APCE avaient été privés de leurs droits de vote après l’annexion de la Crimée par la Russie. Après cinq années de tensions, la délégation russe avait réintégré l’APCE, au grand dam des Ukrainiens.

À lire aussi Un sommet européen à Versailles pour arrêter l’horreur

 

À lire aussi L’Ukraine patientera aux portes de l’UE: c’est cruel, mais raisonnable

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Naeije Robert, mardi 22 mars 2022, 9:28

    De toutes façons, le Conseil de l'Europe est un "machin" confondu avec mais différent de l'UE qui a servi de véhicule de communications woke-islamophiles dont notamment une campagne d'affichage en faveur du voile islamique et les recommandations de débaptiser les fêtes chrétiennes.

  • Posté par De Kegel André, mercredi 16 mars 2022, 20:11

    C'est amusant: exclure un démissionnaire, c'est comme percer les tympans d'un sourd.

  • Posté par Mauer Marc, jeudi 17 mars 2022, 9:12

    Non, c’est appuyer bien fort pour signaler à l’interlocuteur que même sans retrait, il aurait été banni et expulsé !

  • Posté par Lietard Rudy, mercredi 16 mars 2022, 16:47

    Exclut à vie, j'en doute.

  • Posté par De Ronde Michel, mercredi 16 mars 2022, 16:54

    Surtout avec cette orthographe.

Sur le même sujet

Aussi en Union Européenne

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une