Accueil La Une Monde

«La photo de mon fils sur la plage de Bodrum est un symbole»

Pour le père du petit Alan dont la mort avait bouleversé le monde, la solidarité vis-à-vis des réfugiés se dissout. « Ce n’est pas moralement acceptable de fermer des portes », clame-t-il.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Huit mois après, Abdullah Kurdi reste condamné à vie avec un dernier souhait que personne n’a entendu. « 

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs