Accueil Économie Consommation

Pénuries et sévères hausses de prix vont frapper les supermarchés

Tarifs jusqu’à 20 % plus élevés, rayons vides, spectre de la fermeture de magasins franchisés… La grande distribution va subir de plein fouet les effets conjugués du covid et de la guerre en Ukraine, prévoit Gondola.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 6 min

On les redoutait. Les voici clairement annoncés. D’ici quelques semaines, les conséquences de la guerre en Ukraine, couplées à celles préexistantes la crise sanitaire, se feront nettement ressentir par les consommateurs dans les supermarchés. Hausse de prix et pénuries de certains produits alimentaires sont à nos portes, annonce Silvie Vanhout, responsable de la Gondola Academy, qui forme depuis 10 ans des spécialistes de la vente et du marketing actifs dans la distribution et dans la production de biens de consommation à haute rotation (FMCG). Experte de la grande distribution, la fondatrice de la Gondola Academy fonde ses prévisions sur ses propres observations, sur les confidences d’acteurs de terrain, ainsi que sur des chiffres du marché perturbé par la hausse folle des prix de l’énergie et par la menace de manques de matières premières.

1

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

20 Commentaires

  • Posté par Desmet Marc, dimanche 20 mars 2022, 8:53

    L'article est terrible, mais si il n'avait pas été publié les mêmes critiqueurs s'en plaindraient aussi! Il est vrai que "Le Soir", qui était une référence il y 60 ans n'est hélas plus ce qu'il était, sans doute par concurrence à face de bouc et autres. Concernant les faiseurs de réserves, pour certains ça peut se comprendre, pendant la guerre de 40 à Bruxelles malgré les timbres de rationnement les gens ont eu faim et on achetait quand on en trouvait UN oeuf au marché noir à prix exorbitant...

  • Posté par Desmet Marc, dimanche 20 mars 2022, 8:09

    On ne sait pas ce qui va se passer, mais la première chose à faire est d'interdire les graines traficotées par les boursicoteurs afin de rendre les plans non reproductibles.

  • Posté par Vdrme Marc, vendredi 18 mars 2022, 17:39

    Ils sont occupé à faire peur à tout le monde et certaines personnes iront faire du stock .

  • Posté par Raurif Michel, vendredi 18 mars 2022, 14:11

    Il est vrai que Le Soir n'est plus le journal que j'ai connu lorsque j'avais 10 ans !!! Hélas, maintenant Le Soir fait du journalisme de " pute " !!! Rien que des conneries. Rare sont les articles sérieux et qui méritent une attention !!!!

  • Posté par NICODEME CLAUDE, jeudi 17 mars 2022, 14:17

    3 articles sur le sujet en moins de 12 heures... faut-il faire passer un message subliminal? une application de la méthode Coué ? Nos journalistes ne se rendent-ils pas compte à quel point certains cherchent à profiter de situations. Ici la guerre; mais avant les grandes surfaces se sont plaintes, au premier confinement covid, qu'il leur était difficile de séparer alimentation des autres rayons (faisant là concurrence déloyale aux commerces obligés de fermer), plaintes qui ne les ont pas empêchées d'engranger pendant cette période covid des bénéfices comme jamais. Maintenant, au revoir covid, bonjour la guerre qui leur permet de jouer les pauvres martyres devant augmenter leurs prix.... Mais quand va-t-on les empêcher de se foutre de notre g...le ?

Plus de commentaires

Aussi en Consommation

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs