Accueil Opinions Chroniques

«Enjeux»: «En restant neutres, nous récompensons les brutes»

Si l’objectivité doit rester le moteur du travail journalistique, il s’avère utopique de couvrir les atrocités d’une guerre en toute impartialité.

Article réservé aux abonnés
Chroniqueur Temps de lecture: 5 min

Chaque fois que vous voyez des centaines de milliers de personnes raisonnables essayer de quitter un endroit et une poignée de fous qui s’évertuent à y aller, vous savez que ces derniers sont des journalistes ». La phrase du légendaire correspondant de guerre américain des années 1930, H. R. Knickerbocker, est l’une de ces citations que l’on aime échanger au Frontline Club de Londres ou au Festival des correspondants de guerre de Bayeux.

En Ukraine, cette boutade a pris une dimension tragique. Dans les rédactions et les organisations de protection de journalistes, tous les clignotants sont au rouge. La guerre déclenchée par Vladimir Poutine est particulièrement dangereuse : les lignes de front sont multiples et mouvantes ; le bombardement des villes généralise les zones de risque ; la présence de commandos russes et de forces irrégulières ukrainiennes électrise l’atmosphère.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Lhermitte Jean-Yves , vendredi 18 mars 2022, 8:34

    La question devrait être : as t on besoin de couvrir journalistiquement la guerre? As t on besoin d étaler les souffrances Ukrainiennes dans les journaux ? A quoi cela sert ? La guerre, et son chapelet d horreur toujours renouvelé, ne change pas , elle est immuable et protéiforme. Connaître les effets d une guerre c est connaître la guerre.

  • Posté par Naeije Robert, jeudi 17 mars 2022, 23:30

    L'impartialité absolue est bien sur impossible. Mais il est de bonne déontologie journalistique d'y tendre. Chercher à savoir en exerçant un esprit critique ne peut récompenser des brutes.

  • Posté par Monsieur Alain, jeudi 17 mars 2022, 17:21

    "En lisière des immeubles défoncés, dans les hôpitaux débordés, au bord des charniers, à côté des colonnes de réfugiés, il n’y a pas de place pour les Ponce Pilate de l’actualité" (sic) - tout est dit et bien dit.

Aussi en Chroniques

Chronique Carta Academica: Romain Rolland était-il «poutiniste»?

Tous les samedis, « Le Soir » publie la chronique d’un ou plusieurs membres de Carta Academica. Cette semaine : l’homme de lettres, musicologue et internationaliste s’est fermement opposé au boycott des œuvres et des artistes allemands durant la Première Guerre mondiale. Son héritage spirituel ferait bien d’inspirer ceux qui, aujourd’hui, déprogramment les artistes russes.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs