Accueil Société

Coronavirus: «Pendant deux ans, ma copine c’était la télé, mon compagnon, le canapé»

Le 18 mars 2020, la Belgique basculait en confinement généralisé. Les habitants d’un immeuble des Marolles, à Bruxelles, racontent leur crise.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 13 min

Elle parle depuis sa fenêtre du premier. Une femme âgée dans un petit immeuble de logements sociaux dans les hauteurs des Marolles, à Bruxelles. Deux ans qu’elle ne voit presque plus personne, ce n’est pas pour prendre des risques avec des journalistes à la maison. « Oh, j’ai eu très peur du covid. Mon cœur a gonflé à cause de la peur. Je ne sais pas comment on va faire pour… pour retrouver le moral. Pour moi, on est morts-vivants. On vit, mais le cœur, il n’y a plus rien dedans, c’est terminé. » Par moments les larmes montent. Son cœur, elle l’a mis à l’épreuve au début de la pandémie, en repoussant les contrôles. « J’avais un médicament qui ne faisait pas un bon effet et provoquait des chutes de tension. Mais je ne voulais pas aller chez le médecin en blouse bleue, ça m’aurait fait trop peur. » Elle dit qu’elle ne veut pas trop parler, mais ça lui pèse, elle en a des choses à dire.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs