Accueil Société

«Un titre, c’est bien, mais la réputation, c’est mieux»

Loïc Brossard est artisan ébéniste. Compagnon du Tour de France, il est adepte de la transmission et de l’échange du savoir-faire. Il espère que le titre d’artisan sera remis par la commission ad hoc en toute objectivité. Portrait.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

Des planches de toutes les tailles et issues d’essences de bois différentes. De la sciure et de la poussière de bois un peu partout. Et cette odeur qui envahit délicatement les narines. Pas de doute, l’atelier de l’ébéniste Loïc Brossard se cache bien derrière l’imposante porte cochère qui se dresse au milieu de cette cour, à Rhode-Saint-Genèse. L’artisan peaufine le ponçage à la main d’une table en chêne blanc qui pourra accueillir dix convives. Son apprenti, Jonathan, fixe une charnière au couvercle d’un futur bureau d’enfant. Ici, tout est fait à deux. Le nouveau statut de l’artisan, on en a évidemment entendu parler.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs