Accueil Monde

«La petite musique idéologique qui accompagnait tout flux migratoire a disparu»

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Pour Béligh Nabli, chercheur associé au Centre de recherches internationales (CERI) de Sciences Po Paris, l’exemplarité de l’accueil des Ukrainiens contraste avec le discours banalisé qui accompagne d’ordinaire les flux migratoires. Un décalage qui ne doit rien à la proximité géographique ou culturelle mais qui nous renvoie au racisme à peine voilé que subissent les migrants.

Dans une chronique dans L’Obs, vous expliquez ressentir un profond malaise face à l’accueil à géométrie variable des réfugiés…

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs