Accueil Économie Consommation

Guerre en Ukraine: voici les produits dont certains supermarchés limitent la vente

Cette situation rappelle la situation lors du confinement. Au cours des premières semaines de la crise du coronavirus en 2020, les achats de panique et la propension à vouloir faire des stocks avaient provoqué des vides massifs dans les magasins.

Temps de lecture: 3 min

Colruyt, plus grande chaîne de supermarchés du pays, limite ses ventes de farine et d’huile en raison de la forte demande pour ces deux produits, annonce-t-elle vendredi. Il n’y a pas de pénurie, souligne-t-elle cependant. Du côté de Lidl, on en fait de même pour l’huile, le papier-toilette et les conserves de légumes. Les autres distributeurs n’ont par contre pas mis en place de telles restrictions.

Concrètement, chez Colruyt, il est demandé de n’emporter que maximum deux bouteilles d’huile et deux paquets de farine par client ou ticket de caisse. Cela ne concerne que les magasins Colruyt du groupe, connus pour leurs achats en grands volumes. La mesure ne s’applique par contre pas dans les autres enseignes (Spar, OKay ou Bio-Planet).

Selon l’entreprise, il n’y a actuellement pas de pénurie et l’offre est suffisante pour une consommation normale. « Mais la consommation n’a plus été normale ces derniers jours », justifie une porte-parole. « Il s’agit d’une mesure préventive. Pour permettre le réapprovisionnement des rayons et donner à tous les clients la possibilité de faire un achat. »

Des affiches ont été accrochées dans les rayons concernés pour informer le client de la mesure. La vente limitée s’applique non seulement à l’huile de tournesol, mais aussi à d’autres types d’huiles, comme celle d’olive ou celle pour salade.

Lidl suit l’exemple de Colruyt et limite également la vente d’huile mais aussi celle de légumes en conserve et de papier toilette. Pour l’huile et les légumes en conserve, la règle est de deux pièces par client, pour le papier toilette de trois paquets. « Nous lançons un appel constructif à la solidarité et à faire en sorte qu’il y ait assez pour tout le monde et donc n’acheter que le nécessaire. Il n’y a pas de pénurie, mais nous voulons tempérer les ventes. Nous remarquons que les nouvelles de la guerre font augmenter la demande et nous voulons éviter une situation comme celle d’il y a deux ans », a expliqué la porte-parole de Lidl.

Au cours des premières semaines de la crise du coronavirus en 2020, les achats de panique et la propension à vouloir faire des stocks avaient provoqué des vides massifs dans les magasins.

Quant aux autres enseignes de supermarchés, elles ne limitent pas leurs ventes de la sorte pour le moment. Delhaize constate bien une augmentation de la demande de farine et d’huile, mais n’impose aucune restriction. Le supermarché incite ses clients à ne pas acheter plus que nécessaire. « Il y a suffisamment de choix et de volume. Nous vous invitons à faire preuve de bon sens », confie un porte-parole.

Carrefour n’impose pas non plus de limites. « Il n’y a pas de problème d’approvisionnement. Nous avons un stock suffisant ». Même chose chez Aldi : « Pour l’instant, nous ne limiterons pas les ventes. Nous constatons une augmentation de la demande d’huile de tournesol, de farine et de pâtes. Mais nous n’avons pas de problème de stock. »

L’Ukraine et la Russie comptent parmi les plus grands producteurs mondiaux de blé et d’huile de tournesol. En raison de la guerre, on craint des problèmes d’approvisionnement et des pénuries, ce qui entraîne une forte augmentation des prix.

À lire aussi Supermarchés: 4 points pour comprendre les pénuries et la flambée des prix

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Consommation

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez l'information financière complète

L'information financière
Geeko Voir les articles de Geeko VacancesWeb Voir les articles de VacancesWeb