Accueil Énergie

Prolongation du nucléaire: pourquoi la négociation sera dure avec Engie

Le timing de prolongation de Doel 4 et Tihange 3 pour 10 ans reste très serré. La ministre de l’Energie va négocier avec Engie. Mais il n’est pas encore exclu que tout soit décalé d’un an.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 5 min

On s’attendait à un week-end de négociations ardues. La lumière sera finalement venue plus tôt que prévu. A 21 heures ce vendredi, les dés étaient jetés : la Belgique conservera pour dix années supplémentaires 2 GW de puissance nucléaire – sur les 6 GW existants. La ministre fédérale de l’Energie, Tinne Van der Straeten, a donc reçu mandat du gouvernement pour aller négocier « sous conditions » avec Engie la prolongation de la durée de vie de Doel 4 et Tihange 3.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

13 Commentaires

  • Posté par Patrick Yamedjeu, jeudi 24 mars 2022, 18:29

    Voilà ce qui se passe quand on brade ses bijoux de famille. On a tout vendu à des entreprises étrangères et ensuite on va négocier là où il aurait fallu ordonner.

  • Posté par Weissenberg André, jeudi 24 mars 2022, 10:05

    1) Pourquoi ne prolonger que de 10 ans? 2) Pourquoi se limiter à Engie? Les nouveaux SMR devront bien être construits et opérés par quelqu'un. On peut menacer Engie - par ailleurs impliqué fortement dans le gaz - de l'exclure des deux tableaux si elle refuse de coopérer activement à la relance du nucléaire en Belgique.

  • Posté par Wauters Francis, dimanche 20 mars 2022, 10:57

    Ça serait surtout bien plus simple si on avait pas privatisé la production d énergie! Ça serait aussi plus simple si les gouvernements précédents avaient préparé la transition énergétique comme l on fait les allemands. Dans ces deux moments clés écolo n était pas au gouvernement. Résultat nous devons négocier avec Engie qui va faire payer chère la situation d urgence. Ça leur permettra d encore augmenter leurs bénéfices et de payer encore plus de dividendes à la France. De plus vous verrez que c est à Tiene qu on reprochera d avoir mal négocié.

  • Posté par Fonder Daniel, lundi 21 mars 2022, 10:35

    FAUX, la production d'énergie et même la distribution a toujours été très majoritairement privée en Belgique mais des liens étaient contractuellement très forts entre les sociétés (dont la société générale) et l'Etat belge). Le gouvernement arc-en-ciel n'a rien fait pour le passage dans les mains françaises et les dirigeants de tractebel à l'oeuvre font même une très belle carrière quasi aristocratique pour la Belgique. Les règles européennes ont changé la donne avec un marché pour la production et un monopole naturel pour les réseau, mais de statut privé avec des actionnaires privés chez nous (ELIA). La fumée est partout car Elia a beaucoup d'intérêt à transporter de et vers l'étranger l'électricité et même gérer les pénuries. Il y a même un ancien banquier très vert qui veut prendre les centrales en leasing ... mais le leasing avec quelle confiance pour le garagiste !!!! vous connaissez la concurrence possible dans la gestion et l'entretien de vos centrales en leasing ....

  • Posté par Groetaers Jean-Pierre , dimanche 20 mars 2022, 8:01

    Elle ment depuis le début… et on la laisse aller discuter, seule, avec Engie ! C’est une blague !

Plus de commentaires

Aussi en Énergie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs