Accueil Sports Tennis ATP - WTA

Indian Wells: Rafael Nadal s’impose face à Carlos Alcaraz et affrontera Taylor Fritz en finale

Une rencontre marquée notamment par un vent violent.

Temps de lecture: 3 min

L’Espagnol Rafael Nadal, 4e joueur mondial, s’est qualifié samedi pour la finale du Masters 1000 d’Indian Wells, en battant 6-4, 4-6, 6-3 son compatriote Carlos Alcaraz (19e), au terme d’un match où les deux joueurs ont eu pour commun adversaire un vent violent.

Nadal, désormais invaincu en 20 matches en 2022, tentera dimanche de remporter pour la 4e fois ce tournoi (après 2007, 2009 et 2013). Il devra battre l’Américain Taylor Fritz (20e) qui a écarté le Russe Andrey Rublev (7e) dans l’autre demi-finale 7-5, 6-4.

Le recordman du nombre de Grands Chelems remportés (21) depuis son sacre à l’Open d’Australie, fin janvier, n’avait pas encore joué son meilleur tennis dans le désert californien. Mais rien de mieux qu’un choc générationnel, face à celui qui lui rend 17 ans et semble voué à devenir son successeur, pour que Nadal démontre à quel point il demeure un champion inoxydable et l’incarnation du guerrier ultime à 35 ans.

Cette opposition tant attendue par l’Espagne du tennis, décidément très gâtée, entre le maître et l’élève n’a pas commencé fort pourtant pour le Majorquin, breaké d’entrée par son fougueux adversaire. Mais il a assez rapidement rétabli la situation, pendant qu’un vent assez tourbillonnant commençait à s’élever.

Dans ce premier acte, c’est lui qui s’est le plus souvent mué en patron sur le court, en se montrant plus agressif qu’il ne l’a été jusqu’à présent dans le tournoi. Et s’il avait été bien plus efficace sur ses balles de breaks, n’en convertissant que 3 sur 17 (!), il aurait empoché la première manche plus vite qu’en 1h07 après sa quatrième opportunité.

Mené sans démériter, Alcaraz a encore pris le service de celui qu’il considère comme son idole, faisant preuve d’un plus grand réalisme en la matière (3/3), pour mener 3-2.

Les deux hommes ont alors vraiment dû faire face à un adversaire commun: ce satané vent qui soufflait de plus en plus violemment, faisant voler serviettes et papiers sur le court, quand il ne provoquait pas la chute d’une barre de soutien du filet.

Conséquence, l’un et l’autre, par ailleurs très gênés par le sable qui s’est invité dans l’enceinte, ont eu toutes les peines du monde à servir, ce qui a provoqué break, sur break, sur break, sur break. Et après un 9e jeu long de presque 20 minutes, Alcaraz menant 5-4, a finalement pu remporter sa mise en jeu pour égaliser à une manche partout.

Au troisième set, Eole a fini par se dissiper quelque peu et le jeu a pu monter en intensité, offrant aux 16.000 spectateurs présents de nombreux points spectaculaires, comme ce rallye, durant lequel Alcaraz a sprinté de gauche à droite à toute vitesse, ponctué d’une volée réflexe de Nadal pour sauver une balle de break à 3-3.

A 4-3 en sa faveur, le Majorquin s’est alors fait brièvement manipuler par un kiné au niveau du pectoral gauche. Et parce qu’il sait faire ça presque mieux que personne, après avoir longtemps fait le dos rond et donné l’impression de craquer, il a sorti le grand jeu pour breaker Alcaraz, qui ne s’en est jamais remis.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en ATP - WTA

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Tennis, les résultats et classements Découvrez le programme du jour et le calendrier de la saison

Résultats et classements
SoSoir Voir les articles de SoSoir VacancesWeb Voir les articles de VacancesWeb