Accueil Société

Le vélo reste le parent pauvre de la Wallonie

Cyclistes occasionnels ou réguliers, Wallons, Bruxellois ou Flamands. Au sud, pédaler l’esprit serein n’est pas toujours facile, comme le montre le premier baromètre cyclable de la Wallonie réalisé par le Gracq, en partenariat avec « Le Soir ».

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 5 min

C’est une première en Wallonie. Lancé par le Gracq, les cyclistes au quotidien, un baromètre cyclable fait le point sur la qualité des politiques communales à l’égard du vélo. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il reste du pain sur la planche pour faire passer la part modale de la bicyclette de 1 à 5 % d’ici à 2030 comme le promet la Région dans sa stratégie Fast.

Les résultats du sondage  ? Pas de championne ni de podium prestigieux. Sur cent communes (sur 262) représentant 64 % de la population wallonne, deux à peine (Marche-en-Famenne et Ottignies) sont tout au plus jugées « favorables au vélo ». Parmi les villes de plus de 50.000 habitants, aucune ne se classe mieux que « moyennement favorable au vélo », indique le sondage qui a pour vocation d’être reproduit tous les deux ans.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

12 Commentaires

  • Posté par cordier laurent, mardi 29 mars 2022, 7:21

    A ce niveau aussi, la Wallonnie a du retard sur la Flandre. Dessiner une piste cyclable sur un boulevard essentiellement fréquenté par des voiture n'a que très peu d'effet sur la sécurité de cycliste alors qu'il existe une superbe berme centrale dont l'espace pourrait être mis à profit pour offrir au cycliste un espace qui lui est dédié. Mais il faut alors choisir entre ennuyer l'automobiliste et sécuriser le cycliste. Beaucoup ont choisi la première solution. Que dire ensuite des ravels ? Lorsqu'ils ne sont pas en travaux durant des mois, ils sont impraticables ou colonisés par des deux roues motorisés ou des quads qui y circulent sans rien craindre des gardes qui préfèrent sermonner les promeneurs qui ne tiennent pas leur chien en laisse (vécu à Seneffe). Oui, il reste du travail pour promouvoir sérieusement le vélo dans nos villes du Sud du pays. Merci pour cet article.

  • Posté par Fonder Daniel, lundi 28 mars 2022, 8:43

    La Wallonie gaspille déjà assez d'argent pour le vélo ... outil plus loisirs, touristique, qu'utile pour le travail (félicitation quand même pour ceux qui l'utilisent pour aller travailler ... ceux qui utilisent surtout la chaussée et pas les Ravels).

  • Posté par Lambert Guy, mercredi 23 mars 2022, 13:25

    Dans l'étude, sauf erreur de ma part, je constate que parmi les 10 communes ayant le mieux développé l'utilisation du vélo, ce sont souvent des communes assez riches et assez pauvres concernant celles qui l'ont le moins favorisé. Donc, si je comprends bien, ce sont les communes les plus susceptibles d'avoir des citoyens ayant le moins besoin de se déplacer à vélo pour des raisons financières qui favorisent le plus son utilisation mais les citoyens moins riches ou pauvres d'autres communes étant particulièrement en droit d'être intéressés financièrement par l'utilisation du vélo ne bénéficient pas des services utiles à se développement. Tout cela est-il logique? Je ne dis pas qu'il faut inverser mais à tout le moins comprendre la logique (plutôt l'illogisme) de cette situation pour rééquilibrer le mouvement.

  • Posté par Detez Olivier, mercredi 23 mars 2022, 11:43

    Dans ma région je constate qu'il existe très peu de pistes cyclables, et là où elles existent elles sont souvent dans un état pitoyable empêchant leur utilisation, de ce fait il est très dangereux de circuler en vélo, surtout pour de jeunes enfants.

  • Posté par Fonder Daniel, samedi 26 mars 2022, 10:55

    Lorsque des pistes cyclables ne sont pas ou peu utilisées, c'est le cas et l'entretien sans herbicide est trop coûteux ... construire des pistes cyclables pour les loisirs du Week-end ne devrait être réalisé qu'avec les budgets touristiques en en fonction de leurs critères ... ce seraient alors des pistes cyclables "utilisées" et en bon état.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs