Theresa May en méditation au Parlement britannique. Ses tourments dus au Brexit ne sont pas terminés.
Donald Trump et Theresa May à la Maison Blanche le 27 janvier 2017 © AFP
Le photographe Martin Parr devant l’une de ses compositions actuellement exposées au National Portrait Gallery à Londres.
Dans sa chute, la locataire du 10 Downing street risque d’emporter avec elle tout le parti conservateur. Beaucoup de députés de son parti n’ont plus confiance en elle.
La consultation n’est pas encore populaire
L’Attorney General adoubé premier négociateur ne connaît rien aux arcanes de la diplomatie ou des institutions européennes.
© EPA
Theresa May a, une fois encore, multiplié les contact lors du sommet de Charm el-Cheikh, notamment avec le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.
Les gilets jaunes qui réclament une démocratie directe sont les plus visibles, mais loin de représenter la grande masse, qui continue d’en appeler aux élus pour trouver des solutions aux crises.
Les Gilets jaunes ont pris d’assaut le Pont des Trous et ne comptent pas le lâcher de sitôt.
David Lidington.
1963. Lors d’une conférence de presse restée dans les mémoires, Charles de Gaulle renvoie les Britanniques à leur copie.
Un tiers des Wallons croit à la fin de la Belgique
En votant en faveur du Brexit, une large majorité de la population britannique voulait avant tout manifester son hostilité à David Cameron, le Premier ministre de l’époque.
©EPA
Manifestation contre le transfert des détenus catalans vers Madrid, vendredi à Barcelone.
Depuis plusieurs semaines, des manifestations sont organisées régulièrement à travers le pays - ici, à Madrid le 15 décembre dernier - pour demander la «
libération des prisonniers politiques
» catalans.
Réticente aux «nouvelles» pratiques démocratiques
© EPA
«
La porte de Mme May est ouverte mais son esprit reste fermé
» a réagi un député travailliste à la chambre de Communes ce lundi.