Accueil Monde Afrique

Mali: comment la parole dissidente s’autocensure sous la férule de la junte

La junte au pouvoir à Bamako verrouille toujurs davantage la liberté d’expresion. Le revirement diplomatique des militaires en faveur de la Russie n’y est pas étranger. Les opposants, par prudence, préfèrent garder le silence.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Bamako ne répond plus. Au bout du fil, il est de plus en plus difficile d’interviewer des activistes, des opposants politiques ou des diplomates étrangers. Souvent, ils se confondent en excuses avant de raccrocher, craignant que leur parole ne les mette en danger. Après deux coups d’Etat en août 2020 et mai 2021, le Mali est en proie à un contrôle de plus en plus aigu de la parole publique. Dernier rétrécissement en date, la suspension, le 17 mars, de la diffusion de Radio France International (RFI) et de la chaîne de télévision France 24 dans tout le pays.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Afrique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs