Accueil La Une

Le jardinage, ce (plus) cher retour à la nature

Le Brexit, le covid et la guerre en Ukraine ont dopé les prix des fleurs, arbustes et mobilier de jardin. Et ont appauvri l’offre. Mais les pépinières cultivent la popularité du potager.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 6 min

En ce bel après-midi printanier, des dizaines de personnes flânent le long des allées végétales extérieures et dans les serres des Pépinières de Boitsfort, un hectare bruxellois tout entier dédié aux plaisirs du jardinage. Ces derniers jours, ce loisir se rappelle tout particulièrement au bon souvenir des amateurs d’arbustes fruitiers, d’herbes aromatiques et de fleurs colorés en raison de la météo ensoleillée. « C’est à cette époque-ci que la sève commence généralement à monter chez les jardiniers, » confirme Luc Noël, concepteur et présentateur de l’émission télé Jardins et loisirs sur la RTBF. « Voilà qui marque le début de la période commerciale majeure du secteur, moment qui culminera en mai ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en La Une

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs