Accueil Sports Sports moteurs Formule 1

La Formule 1 ne change pas malgré les événements: «Le Grand Prix d’Arabie saoudite aura lieu»

Plusieurs réunions se sont tenues la nuit dernière dans le paddock Djeddah, à la suite de l’attaque perpétrée à proximité du circuit. Avec la même conclusion qu’à Melbourne 2020, ou même Francorchamps 2021 : « bizness d’abord » !

Vidéo - Temps de lecture: 5 min

La Formule 1 a-t-elle à ce point la mémoire courte ? Comme dans les heures qui avaient précédé le Grand Prix d’Australie 2020, finalement annulé à quelques minutes des premiers essais pour cause de covid ; ou comme, dans une moindre mesure et dans un contexte bien différent, en marge du Grand Prix de Belgique 2021 finalement tombé à l’eau, les pontes du Formula One Circus ont adopté les mêmes comportements en marge de l’attentat qui a secoué Djeddah, à quelques kilomètres à peine du circuit de la « Grande Corniche » qui accueille ce week-end le Grand Prix d’Arabie saoudite.

Vendredi, les images impressionnantes d’un très important incendie survenu dans une raffinerie de pétrole du groupe Aramco – l’un des sponsors majeurs de la Formule 1 –, ont inondé les écrans au même titre qu’une odeur ocre a envahi le paddock et le circuit, à tel point que certains pilotes occupés à rouler en essais libres – dont Max Verstappen – se demandaient ce qu’il se passait !

16 attaques menées par les rebelles vendredi !

« Rien de grave », visiblement, aux yeux des responsables de la F1, qui ont à peine bousculé le programme ; tout au plus, la deuxième séance d’essais libres a-t-elle été retardée d’un quart d’heure afin d’informer pilotes et écuries de la situation. Celle-ci n’était pas des plus réjouissantes : l’incendie avait été provoqué par un attentat au drone bien vite revendiqué par les rebelles yéménites Houthis, en guerre avec le Royaume saoudien et la coalition arabe. En tout, ce ne sont pas moins de… seize attaques de drones et de missiles qui ont été perpétrés sur l’Arabie saoudite au cours de la seule journée de vendredi, veille du 7e anniversaire du début de la guerre !

Et une « opération militaire » en guise de riposte

Et au cours de la nuit dernière, l’AFP a relayé un tweet de l’agence de presse officielle saoudienne SPA qui annonçait ceci : « La coalition menée par Ryad a effectué des frappes aériennes au Yémen contre les sources de menace à Sanaa et Hodeidah, en représailles aux attaques menées par des rebelles yéménites Houthis en Arabie saoudite. L’opération militaire se poursuivra jusqu’à ce que ses objectifs soient atteints » !

On peut donc bien de guerre et de menaces graves qui pèsent potentiellement sur l’immense vitrine sur le monde qu’est la F1, a fortiori quand celle-ci se gave des millions de dollars versés par une société qui semble bien au cœur de la cible visée par les rebelles yéménites !

« La sécurité de l’épreuve est assurée »

Pas assez important, cependant, pour déstabiliser la grosse machine nommée F1. Vendredi soir, et même au cours d’une partie de la nuit ensuite, plusieurs réunions se sont tenues dans le paddock du circuit de la « Grande Corniche ». Par les responsables de la F1 d’abord qui, flanqués du nouveau président de la FIA, Mohammed Ben Sulayem, se sont voulus rassurants : « Le week-end se déroulera comme prévu », a martelé Stefano Domenicali, le boss de la F1, avant d’être relayé un peu plus tard par le prince Khalid, président de la fédération saoudienne de sport automobile :  « Nous avons l’assurance des plus hautes autorités de l’état que la sécurité de l’épreuve est assurée », ajoutant que les familles des plus hauts dignitaires du pays étaient présentes sur le circuit, et que des fouilles supplémentaires seraient organisées autour de celui-ci, à destination du public désireux de se « joindre à la fête ».

Mohammed Ben Sulayem a encore ajouté : « Ces rebelles visent les infrastructures, pas les civils et encore moins le circuit. Nous avons vérifié ces faits, et avons reçu l’assurance que les plus hauts standards de sécurité ont bien été mis en place ici. Rien ne peut nous dissuader de rouler ! »

Les pilotes réunis pendant 4 heures

Ensuite, la plupart des pilotes se sont réunis pendant près de quatre heures pour discuter de l’opportunité de rouler, ou non. Mais après avoir reçu de nouvelles « assurances » de leurs patrons d’écurie, ils semblent s’être résolus à courir, ce qui devrait être encore confirmé ce samedi, sur les coups de midi à Djeddah, 10 heures du matin chez nous, alors que la troisième séance d’essais libres aura lieu 7 heures plus tard, et la qualification sur les coups de 19 heures.

« La décision de continuer était unanime entre les ‘Team Principals’ », a affirmé le patron de Mercedes, Toto Wolff, avant d’insister : « Les pilotes sont quant à eux libres de faire leur choix, nous sommes en démocratie. » Des propos indirectement soutenus par le fait que les pilotes se sont finalement séparés au bout de quatre heures, sans faire d’annonce officielle.

« Prêt et concentré pour la qualif »

Mais on pouvait notamment lire dans un tweet de Sergio Pérez : « Prêt et totalement concentré pour la qualif de demain ». Comme à Melbourne en 2020 – où Lewis Hamilton avait martelé que « l’argent roi » avait gagné –, ou comme à Francorchamps en 2021, quand le « Grand Prix » avait été tourné en une mascarade de deux tours pour que son « résultat » soit officialisé et qu’aucun remboursement ne puisse être proposé aux spectateurs, on conserve le sentiment que la voix des pilotes semble avoir pesé très peu au regard des événements. En janvier dernier, la réaction des autorités saoudiennes et des organisateurs du Dakar n’avait pas été bien différente quand un attentat commis sur la voiture d’un concurrent à l’avant-veille du départ, et qui avait fait plusieurs blessés, ne s’était d’aucune manière matérialisé par une mise entre parenthèses ou à l’arrêt du célèbre rallye-raid…

Reste aux autorités saoudiennes, et en particulier aux unités anti-aériennes que l’on devine postées aux abords du circuit de Djeddah, et même tout autour de la deuxième ville d’Arabie saoudite, à ouvrir l’œil et le bon. Une « erreur de cible » aurait des répercussions dont la F1 aura peut-être du mal à se remettre… à force de jouer avec le feu !

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Formule 1

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

F1, les résultats et classements Découvrez le programme du jour et le calendrier de la saison

Résultats et classements
SoSoir Voir les articles de SoSoir VacancesWeb Voir les articles de VacancesWeb