Accueil Belgique Politique

Seraing esquisse l’après-Mathot

L’arrêt de la cour d’appel de Liège, condamnant Alain Mathot pour corruption, laisse Seraing orpheline d’une dynastie qui a régné de 1977 à 2018. Quelle empreinte a-t-elle laissé sur la cité de fer et quel avenir sans les Mathot ?

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 6 min

Avachi dans son fauteuil, dans cette pièce trop grande pour lui, Francis Bekaert (65 ans), bourgmestre (PS) improbable de Seraing, né du renoncement d’Alain Mathot à trois mois du scrutin 2018, et de l’impossibilité à s’entendre des deux jeunes prétendantes (Deborah Géradon et Laura Crapanzano), est la personne idéale pour faire le bilan des années Mathot. Il est entré en politique grâce au père, et a servi fidèlement le fils. Sa présence dans ce bureau trop grand marque pourtant le début de la fin des années Mathot. Son mayorat servira de transition entre la dynastie Mathot et la prochaine génération. Il le sait, même s’il fait parfois mine de vouloir continuer. « Un jour, on m’a dit : “Francis, c’est comme Jean XXIII, un pape qu’on n’attendait pas mais dont on a reconnu le travail une fois parti”  », dit-il sur un ton goguenard.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs