Accueil Sports Sports moteurs Formule 1

Formule 1: «Pilotes de leur destin», ah bon?

Tout le week-end, les vingt acteurs majeurs de la F1 ont ruminé ce désagréable sentiment de ne finalement pas être « pilotes de leur destin », comme le suggère pourtant la version française de la série Netflix qui leur est consacrée

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Le Grand Prix d’Arabie saoudite s’est « bien passé ». Les milliers de spectateurs qui ont rejoint le circuit « le plus dangereux de la saison », selon Carlos Sainz, érigé sur « La Corniche » de Djeddah, ont vécu une « grande expérience », comme cela leur avait été promis. Il y a eu des accidents – dont celui, très violent, de Mick Schumacher, qui ne les a visiblement pas trop perturbés… –, une course très rythmée et surtout ponctuée par un superbe duel entre Max Verstappen et Charles Leclerc, d’autres luttes à tous les étages… Bref, c’était « super » !

Et puis il y a eu ce petit goût amer, resté au fond de la gorge de bon nombre des acteurs et des suiveurs de cette « grande expérience ». Un goût aussi âcre et dérangeant que celui provoqué vendredi après-midi par cette colonne de fumée émanant de cette raffinerie pétrolière du groupe Aramco – gros sponsor de la F1 – suite à l’attaque au drone menée là par des rebelles yéménites.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Formule 1

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs