Accueil Société Régions Bruxelles

La mendicité des enfants dans le viseur à Bruxelles

La Ville de Bruxelles souhaite mettre fin à la mendicité avec des mineurs de moins de 16 ans, surtout pratiquée par des familles roms.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Evoquer la mendicité à Bruxelles nécessite différents préalables. D’abord, la loi belge ne l’interdit pas. Ensuite, le phénomène touche différemment les communes. A l’instar de Saint-Josse, de nombreuses entités enregistrent peu de plaintes. « Ce n’est pas quelque chose de prégnant chez nous », résume le bourgmestre tennoodois Emir Kir. Enfin, les familles roms constituent l’essentiel de la mendicité avec enfants. Voilà la problématique à laquelle la Ville de Bruxelles tente désormais de s’attaquer. La commune a en effet approuvé lundi un règlement qui interdit la mendicité en présence de mineurs de moins de 16 ans. Elle prévoit des amendes qui peuvent monter jusqu’à 350 euros. Les autorités locales souhaitent ainsi lutter contre l’instrumentalisation d’enfants, et plus globalement, contre les réseaux de mendicité.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par NICODEME CLAUDE, mardi 29 mars 2022, 8:18

    Soit ce sont de "vrais" mendiants sans autres ressources et avec des enfants végétant dans cette vie qui n'en est pas une, soit, comme certains le suggèrent sur ce forum même, ce sont de "faux" mendiants "mafieux" etc (et je ne me prononcerai pas car je n'en suis pas apte), dans les 2 cas, je trouve que les laisser dehors n'est certainement pas digne d'un Etat qui se dit civilisé. Les premiers devraient être pris en charge et surtout accompagné pour qu'ils puissent s'intégrer dans cette Société et les seconds devraient être punis (mais par mieux que des amendes) et s'ils sont en séjour illégal et sans bonnes raisons d'immigration, on les reconduit directement aux frontières de l'espace Schengen.

  • Posté par dams jean-marie, mardi 29 mars 2022, 2:05

    Depuis le temps que l'on est envahi par des gens sans scrupules, menteurs , violeurs , voleurs, terroristes , tueurs.....grâce à la complicité des politiciens .....! Les ukrainiens eux seuls doivent être aidés car ils fuient l'épouvantable et la grande majorité sont des femmes et enfants , leurs maris ou compagnons sont aux combats pas comme ceux cités plus haut.

  • Posté par collin liliane, lundi 28 mars 2022, 23:41

    Ne JAMAIS rien donner à quelqu'un qui mendie avec un enfant !!!!

  • Posté par Dupont Vincienne, lundi 28 mars 2022, 21:28

    J'aime bien aussi De Wolf et ses mendiants "acceptés entre guillemets dans les quartiers". S'il y avait moyen de les accepter en omettant les guillemets, ce serait vraiment bien, non ?

  • Posté par Dupont Vincienne, lundi 28 mars 2022, 20:57

    Il y aurait pourtant une solution : exiger que les mendiants présentent un certificat d'accès à la profession accordé après une formation de 3 mois aux classes moyennes. Au programme : cours de langue, éthique de la mendicité, premiers soins (on ne sait jamais), éducation civique et aussi des rudiments de lois sociales, de comptabilité et de fiscalité. Ainsi, nous pourrions réellement être fiers de la qualité de nos "mendiants professionnels". Quant aux enfants, on les appellerait des étudiants jobistes. Avec un peu d'imagination et de courage, il y a aussi une solution à ce genre de questions.

Aussi en Bruxelles

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs