Accueil Guerre en Ukraine

Guerre en Ukraine: l’Union européenne veut assurer la protection vaccinale des réfugiés

Un toit, une école mais aussi des vaccins : l’enjeu de la guerre est aussi sanitaire. C’est aussi une nouvelle crise pour les systèmes de santé européens, déjà mis sous pression par le covid.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 4 min

Parmi les mille et un défis posés à l’Union européenne par la guerre totale lancée par le Kremlin contre Ukraine : assurer des soins de santé, mentale et physique, aux millions de réfugiés. Et assurer la prise en charge de blessés et de malades ukrainiens, chroniques ou graves. Les systèmes de soins de santé des Etats membres seront sous pression. Surtout ceux des Etats membres frontaliers – onze pays emmenés par la Pologne, surtout à l’Est, réclament déjà des aides financières. C’est « un défi sanitaire et humain sans précédent », reconnaît l’UE.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par lambert viviane, mercredi 30 mars 2022, 16:58

    Vaccins contre la COVID bien sûr mais surtout contre des maladies bien plus graves : poliomyélite, tuberculose ( extrêmement contagieuse), rougeole (haut taux de mortalité infantile), diphtérie, coqueluche, tétanos, bref tous ces vaccins administrés chez nous dans les familles suivies par l'ONE , les crèches, etc ...et qui ne le sont pas dans des pays trop pauvres et corrompus. De très nombreuses familles belges ont accueillis des Ukrainiens en ne sachant pas à quoi elles s'exposaient en termes de responsabilité civile et sanitaire.

  • Posté par Grulois Stanislas, jeudi 31 mars 2022, 5:53

    Mr Naeije, j'ai peut-être mal compris le message de Mme Lambert mais vu ce qu'elle délivre comme commentaires au quotidien sur ce forum ça m'étonnerait. Ici elle sous-entend que la population ukrainienne n'est pas et n'a jamais été correctement suivie sur le plan sanitaire pour cause de pauvreté du pays ou de corruption. Sournoisement, elle considère que les familles belges accueillant des réfugiés ukrainiens ne savent pas ce qu'elles font, et que finalement ces derniers auraient mieux fait de rester chez eux. En l'occurrence elle ignorre (ou fait mine d'ignorer) la contribution de l'Ukraine notamment sur le plan logistique dans le cadre de la pandémie. Et je n'aime pas sa dernière phrase sur la responsabilité civile et sanitaire de ces familles belges (sous-entendu si la pandémie redémarre, ou qu'une maladie plus grave à ses yeux réapparaît comme la polio ou la tuberculose, ce ne sera pas à cause de nous ,bons belges, ni de notre système de santé, ni de l'abandon des gestes barrières mais bien à cause des réfugiés qui nous amènent leur flot de problèmes en ce compris sanitaires car issus d'un pays pauvre et corrompu). Bref elle manipule très bien le discours complotiste et donc abject... Mais si elle me démontre que j'ai tort et de façon argumentée, alors je m'engage à réapprendre à lire. Mais si j'ai raison, pourriez-vous en faire de même ?

  • Posté par Naeije Robert, mercredi 30 mars 2022, 23:04

    M Grulois. En quoi s'inquiéter de l'état sanitaire de réfugiés serait-il abject? Un bon suivi médical de l'accueil est évidemment indispensable.

  • Posté par Grulois Stanislas, mercredi 30 mars 2022, 18:41

    Puis-je qualifier vôtre commentaire de parfaitement abject ? Bien dommage que le vaccin contre la connerie n'existe pas. Mais si on le découvrait un jour, je vous encourage à vous inscrire pour les essais cliniques. Car si ça fonctionne sur vous alors l'humanité entière serait sauvée de ce fléau. Mais il vous faudrait soit une sacrée dose, soit des rappels très réguliers.

Aussi en Guerre en Ukraine

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs